Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 6012106 visiteurs et 6703352 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: Les JOSEONJOK dits aussi CHOSONJOK et CHAOXIANZU


        Option avancées ...

 Titre: Les JOSEONJOK dits aussi CHOSONJOK et CHAOXIANZU
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

  Les JOSEONJOK dits aussi CHOSONJOK et CHAOXIANZU
Par Jean-Marie Thiébaud

En 2012, d’après la Banque mondiale, la Corée du Sud compte 50,22 millions d’habitants tandis que la Corée du Nord en compte 24,9 millions. Mais pour estimer la population coréenne totale, il convient en outre de prendre en compte les Coréens de la diaspora qui regroupe au moins 5 millions de personnes réparties en Chine, au Japon, en Asie centrale (Ouzbékistan, Kazakhstan), en Amérique (États-Unis, Canada, Brésil) et en Russie.
L’essentiel de cette diaspora se concentre en Chine (plus de 2 millions de personnes), surtout dans le Nord-Est du pays, près de la frontière avec la Corée du Nord, autour de la préfecture de Yonbyon (Yanbian, 800 000 habitants) dans la province de Jilin qui bénéficie d’un statut de préfecture autonome. Cette importante colonie coréenne, au-delà du fleuve Yalou (dit aussi Yulu ou Amnok) qui sert de frontière entre la Corée du Nord et la Chine et qui est enjambé par le Pont de l’amitié sino-coréenne. Cette implantation coréenne massive sur le sol chinois est non seulement la preuve tangible de l’ancienne emprise territoriale du royaume de Corée (notamment du royaume de Koguryo du 1er au 7e siècle après J.C.), au-delà des frontières actuelles, mais aussi à l’absence de frontière bien tracée ce qui permit à des Coréens de s’implanter au-delà du fleuve Yalou où des terres plus riches étaient d’un meilleur rapport (notamment pour la production du riz. Ceci explique que les Joseonjok furent d'abord presque exclusivement des paysans alors qu'aujourd'hui ils exercent quantité d'autres professions.
L’invasion de la Chine par le Japon, la création de l’État du Mandchoukouo jouèrent un rôle dans la consolidation de cette colonie, devenue souvent le refuge des nationalistes. Après la famine qui a sévi en Corée du Nord de 1995 à 1999, de nombreux Coréens ont cherché leur survie dans la Chine voisine et amie.
Puis, une partie de ces Coréens vivant en Chine choisirent de se rapprocher de la terre de leurs ancêtres et pensèrent trouver en Corée du Sud des conditions de vie plus décentes. Ces Coréens sont connus sous le nom de Joseonjok ou Chosonjok (Chaoxianzu en chinois). Traités en citoyen de seconde zone, ces rapatriés, exploités économiquement, ont souvent vécu dans des conditions misérables (sans-abris parfois tentés par la délinquance et la criminalité pour survivre. Voir le film "The Murderer", réalisé par Hon-jin Na). Ces difficultés ont considérablement freiné la poursuite du retour de ces « Coréens chinois » et leur désir d’émigration.
Voir : « Les fluctuations de l'identité des Coréens de Chine », Bernard Olivier, Yim Seong-sook (sous la direction de), La Corée. Le peuple et ses valeurs culturelles d'hier à aujourd'hui, Presses de l'université de Montréal, 2000.

Qinghua Li, "Examining Chosonjok Identity and Women's agency in trannsnationl migration", thèse pour un master of arts, août 2011, University of Southern Califirnia.




[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr