Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 5547851 visiteurs et 6176128 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: Médecins et Chirurgiens : les NICOD, de Frasne,Morez, Paris


        Option avancées ...

 Titre: Médecins et Chirurgiens : les NICOD, de Frasne,Morez, Paris
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

   Une famille de médecins et de chirurgiens : les Nicod, de Malbuisson (Doubs), Frasne (Doubs), Morez (Jura) et Paris (18e-19e siècles)


Par le docteur Jean-Marie Thiébaud


Jean Denis NICOD, né à Malbuisson (Doubs) le 17.11.1719, décédé à Frasne (Doubs) le 28.09.1794, bachelier en médecine, premier chirurgien du roi au bailliage de Pontarlier (Doubs) et au château de Joux (commune actuelle de La Cluse-et-Mijoux, Doubs), fils de Claude Nicod, né aux Grangettes le 09.04.1684 (fils de Claude Nicod et de Marguerite Barthet (1652-1716), fille de Claude Barthet et de Jeanne Rousseau) et de Rose Rousselet, à Malbuisson le 02.02.1691 (fille de Claude François Rousselet de Pernette Rousselet) épousa Marie Pierre alias Marie Pierrette Laresche, née vers 1725, décédée à Frasne le 28.10.1782, qui lui donna au moins huit enfants :

- Louis Baptiste NICOD, né à Frasne le 21.04.1741, chirurgien (reçu en 1764, agrégé à la communauté des chirurgiens de Saint-Claude (Jura) en 1773, maître chirurgien juré en 1783, encore en activité pendant la Révolution.
Encore mineur, il épousa à Morez (39), le 29.10.1765, demoiselle Jeanne Marie Chavin, née à Morez le 29.06.1747, fille de Marc Antoine Chavin, décédé à Morez le 27.04.1761, marchand, et de Marie Jeanne Prost (contrat de mariage signé le 24.08.1765, notaire maître Cochet). De cette union sont issus :
a. Marie Euphrasie NICOD, née à Morez le 13.11.1766
b. Jean Louis NICOD, né à Morez le 21.08.1768, décédé à Morez le 20.05.1773 (marraine : Marie Ursule Nicod, sa tante paternelle)
c. Anne Victoire NICOD, née à Morez le 26.09.1770.
d. Marie Félicité NICOD, née à Morez le 17.12.1773 (parrain : Hugues Alexandre Nicod, chirurgien, cité plus haut)
e. Marie Reine Constance NICOD, née à Morez le 13.12.1775
f. Pierre Louis Aimé dit Pierre NICOD, né à Morez le 22.06.1778 (parrain : Pierre Célestin Chavin, émailleur, son oncle paternel ; marraine : Marie Pierrette Laresche, sa grand-mère paternelle, remplacée par Jeanne Eugénie Roche), décédé en 1837. Interne en 1803, il fut reçu docteur en médecine en 1807 avec une thèse de chirurgie "Sur la fragilité des os et sur la contraction musculaire considérée comme cause de fracture". Membre de la Société anatomique de Paris de 1803 à 1809. Chirurgien par quartier du Roi (Louis XVIII puis Charles X), chirurgien de l'hôpital Beaujon (Paris), chirurgien en chef de l'hôpital Necker (Paris), demeurant à Paris, 8, rue Saint-Florentin. Un des rédacteurs de la "Revue médicale, historique et philosophique" en 1820 et dans les années suivantes. Auteur d'une "Dissertation sur le danger de la résection des côtes et de l'excision de la plèvre dans les maladies cancéreuses, et sur la possibilité de guérir l'hydropisie du péricarde, Paris, Migneret; Gabon, 1818, 18 p.; d'un "Mémoire adressé au vertueux Dauphin de France sur quelques abus de l'hôpital Beaujon", Paris, Delaunay; Migneret, 1825, in-8°, 52 p.; d'un "Abrégé de l'histoire de la cautérisation de l'urètre en France avant Ducamp", Paris, Méquignon-Marvis, 1826, in-8°, 104 p.; d'un "Mémoire sur les polypes de l'urètre et de la vessie", Paris, Everat, 1827, in-8°, 52 p.; d'un "Recueil d'observations médicales, confirmant la théorie de Ducamp sur la cautérisation de l'urètre ; précédé d'un Abrégé de l'histoire de la cautérisation en France", tome 1er, Paris, Méquignon ; Marvis, 1826, in-8°. Le chirurgien Pierre Nicod fut le père de Charles Paul Nicod (1778-1837), peintre et maître verrier, auquel on doit un tableau de Saint Simon, comte de Crépin, dans l'église de Mouthe (25), un tableau monumental d'une "Vierge à l'enfant" dans l'église Saint-Martin de Jouy-en-Josas (ainsi que 7 verrières), des verrières dans la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier (1870-1872) et l'actuelle faculté de médecine de cette ville (ex-couvent bénédictin), ainsi que des vitraux aux emblèmes de Louis XII et d'Anne de Bretagne dans la salle des Etats au château de Blois. Le père et le fils reposent côte à côte dans le cimetière de Jouy-en-Josas (78) (où la tombe et une stèle détaillée subistent).
g. Nicolas Victor NICOD, né à Morez le 26.07.1781, décédé à Ixelles (Belgique) le 08.10.1861, auteur de : - Publication des suprêmes divins envoisfaits au concours du grand philanthrope feu le baron de Montyon, en faveur de l'humanité souffrante en France, par le naturel observateur du mécanisme animal Nicolas-Victor Nicod, natif de Morez (département du Jura,
France), en sa qualité de naturel montyoniste,
disciple de la Divinité première, créateur de
l'aérologie et grand propriétaire de tout ce
que le ciel enserre aussi. � Seconde édition.
� Avis instructif pour l'enseignement de
l'humanité souffrante par la science infuse,
offrant d'en haut à tous les hommes sur terre,
oui, de par le créateur Dieu, père des
hommes, la mise en pratique du premier des arts répondant au premier des besoins vitaux
chez tous les humains. Ixelles lez-Bruxelles.
V. Nicod, propriétaire, chaussée d'Ixelles, 89,
1851. In-8°, 32 p. (Bibliographie nationale: Dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 1897).
h. François Xavier NICOD, né à Morez le 23.10.1783, décédé à Morez le 26.06.1784

- Rose NICOD, née à Frasne le 28.11.1742 (parrain : André Laresche, de Malbuisson (Doubs), procureur fiscal de l'abbaye de Mont-Sainte-Marie), décédée à Frasne le 28.05.1781. Elle épousa Louis Martin, o Frasne le 18.09.1739, tué à près de 60 ans à la bataille d'Hondechoote le 08.09.1793 (acte enregistré à Frasne le 25 brumaire an 3, fusilier au 7e bataillon du Doubs, fils de Jean Baptiste Martin(1711-1742), laboureur et de Denise Paris, née à Malpas (Doubs), fille de Denis Paris et de Jeanne Goguely.

- Hugues Alexandre alias Henri Alexandre NICOD, né à Frasne le 24.05.1745 (parrain : Alexandre Sebile, curé de Frasne ; marraine : Jeanne Huguette Laresche, religieuse hospitalière à Dole (Jura)), décédé à Bannans le 12.03.1820, docteur en médecine, élu membre du conseil général du district de Pontarlier (Doubs) en novembre 1792, membre du directoire du district en avril 1793, membre du comité de Salut public de Pontarlier en 1793, officier de santé à Bannans (Doubs) en 1794, grand électeur du canton de Frasne en 1798.

- Jeanne Christine NICOD, née à Frasne le 22.05.1747

- François Xavier NICOD, né à Frasne le 20.03.1750

- Victoire Françoise NICOD, née à Frasne le 28 février 1752 (parrain : Etienne Mermot, notaire royal), décédée à Frasne le 24.06.1808. Elle épousa à Frasne, le 06.02.1787, Pierre François Vuillaume, de Cessay (paroisse de Frasne), né à Arc-sous-Montenot (Doubs) le 19.09.1757, décédé à Frasne le 28.01.1832, cultivateur, fils de Jean Antoine dit Antide Vuillaume (1730-1795) et de Jeanne Marie Duxin (1730-1762), en présence de Louis Baptiste Nicod, médecin, frère de la mariée.

- Marie Thérèse NICOD, née à Frasne le 08.11.1753 (parrain : Louis Baptiste Nicod, son frère ; marraine : Rose Nicod, sa s�ur).

- Marie Euphrasie NICOD, née à Frasne le 15.03.1758, décédée à Frasne le 05.09.1793. Elle épousa à Frasne, le 01.05.1792, Jean Joseph Sebile (alias Sebille), cultivateur, fils de Jean Antoine Sebile (Sebille) et de Marie Simone Lonchamp, en présence de Louis Baptiste Nicod, chirurgien, frère de la mariée.

Les NICOD, de Frasne, ont continué à donner des médecins hors de la Franche-Comté. C'est ainsi que Joseph Apollinaire Nicod, médecin à Lyon (Rhône), épousa Claudine Joséphine Gachot, rentière, qui lui donna un fils, Joseph Constant Philippe Nicod qui décéda à l'âge de 10 mois, le 05.01.1882, chez Julien Jouffroy, cultivateur, le mari de sa nourrice à Frasne.

Sources et bibliographie : R.P. et E.C. de Frasne ; R.P. de Malbuisson ; R.P. d'Arc-sous-Montenot ; E.C. de Bannans ; A.C. de Pontarlier, n° GG 34, etc.

Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique des savants, Paris, Firmin-Didot, 1834, vol. 6, p. 409.
Jean-Marie Thiébaud, Médecins et Chirurgiens de Franche-Comté, Lyon, La Tour Gile, 1992.

Jean-Marie Thiébaud, Les Francs-Comtois de la Révolution, Pontarlier, 2006, tome II, p.975.

Jean-Marie Thiébaud et Gérard Tissot-Robbe, Les Corps francs de 1814 et 1815, Paris, SPM, 2011, p. 327.




[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr