Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 5908726 visiteurs et 6599053 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: Mgr Gustave BASTIDE (1818-1875), prélat natif d’Ornans (25)


        Option avancées ...

 Titre: Mgr Gustave BASTIDE (1818-1875), prélat natif d’Ornans (25)
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

  Mgr GUSTAVE BASTIDE (1818-1875), prélat natif d'Ornans (Doubs)

Paul Félix Gustave dit Gustave Bastide, né à Ornans (Doubs) le 30.09.1818, décédé à Rome (Italie) le 04.04.1875, inhumé à Scey Maisières (Doubs), dans le caveau de la chapelle de Notre-Dame-du-Chêne le 15 avril 1875, était le fils de Jean Simon dit Simon Bastide1, né à Ornans le 23.05.1778, décédé audit lieu le 23.10.1858, entrepreneur, ferblantier patenté (fils de Jean Bastide, né à Andelat (Cantal) vers 1749, décédé à Ornans le 18.10.1792, négociant, ferblantier, et d'Anne Simone Vacelet2) et d'Anne Marie Voirin, née vers 1777, décédée à Ornans le 28.07.1845, cultivatrice (fille de Pierre Claude Voirin3, décédé à Ornans le 17.06.1809, cultivateur, et d'Anne Viereney, décédée à Ornans le 29.12.1824).
Gustave Bastide, après des études commencées au petit séminaire d'Ornans et poursuivies à Besançon puis à Paris (où il suivit les conférences du Père Lacordaire, fut ordonné prêtre à Rome où il devint chapelain de Saint-Louis des Français et attaché en qualité d'aumônier aux armées françaises et pontificales, secourant les soldats lors d'une épidémie de choléra. Pour le récompenser de son dévouement, Pie IX le fit prélat domestique de Sa Sainteté.
Quand la Révolution éclata à Rome, Mgr Bastide quitta la ville et voyagea en Orient et en Allemagne avant de revenir en France. Mais, apprenant que le pape était captif, il retourna à Rome pour mourir auprès de lui.
Par son testament de 1875, le prélat Paul Félix Gustave Bastide donna à l'église Saint-Laurent de sa ville natale un buste du Christ peut-être exécuté à la fin du 16e siècle ou tout début 17e siècle peut-être par Ippolito Buzio alias Buzzi (1562-1634).

1 Jean Simon dit Simon Bastide fut inscrit sur la liste des suspects en 1798. Le 21 thermidor an V (08.08.1797) à Ornans, autorisé par son curateur Jean François Cuenot, il épousa Marie Voirin, en présence de Joachim Vuillaume, cafetier à Ornans, Jean Cuenot, instituteur à Ornans, Joseph Voirin, capitaine retiré, demeurant à Durnes (Doubs), oncle de la mariée, et de Pierre Joseph Ferréol Colard-Luc, cultivateur à Ornans.
2 Jean Bastide, fils de Pierre Bastide (1708-1771) et d'Isabeau Lombard, née à La Combe, Andelat (Cantal), épousa Anne Simone Vacelet (alias Vasselet), décédée le 24 germinal an 3, fille de Simon Vacelet, bourgeois d'Ornans, et d'Antoine Cuenot, à Ornans le 17.06.1777 (après un contrat passé chez le notaire Pierre Alexis Billerey le 24.05.1777). Jean Bastide et Anne Simone Vacelet eurent deux autres fils :
- Claude Antoine Bastide, né à Ornans le 15.03.1782, ferblantier, demeurant à Pontarlier (Doubs), qui épousa à Ornans, le 3 vendémiaire 14 (25.09.1805), Jeanne Antoine Laurent, née à Ornans le 15.05.1788, fille de Jean Baptiste Laurent, décédé le 1er germinal an 12, propriétaire, et de Jeanne Antoine Laurent, en présence de François Nicolin, âgé de 57 ans, cultivateur à Ornans, oncle par alliance de l'épouse, Jean Simon Bastide, ferblantier à Ornans, frère du marié, Jean François Cuenot, âgé de 42 ans, boulanger à Ornans, cousin du marié, et de Jean Baptiste Bouquet, âgé de 53 ans, perruquier à Ornans.
- Jean Pierre Ambroise Bastide, né à Ornans le 07.12.1791, ferblantier, qui épousa à Ornans, le 13.02.1822, Jeanne Étienne Julie Oudot, née à Ornans le 11.04.1791, fille de Jean Antoine Oudot, propriétaire, et de Thérèse Joseph Saulnier, en présence de Jean Simon Bastide et Claude Antoine Bastide, frères du marié, Éléonor Régis Jean Joseph Stanislas Courbet, âgé de 23 ans, propriétaire à Flagey (Doubs) [né à Flagey le 10.08.1778, décédé à Flagey le 27.05.1882, père du peintre Gustave Courbet (1819-1877)], allié de la mariée, et Joseph Guyon, âgé de 49 ans, receveur des contributions directes à Boult (Haute-Saône).
3 Pierre Claude Voirin avait un frère, Joseph Voirin, capitaine retiré en 1797.

Sources : R.P. et E.C. d'Ornans
Bibliographie :
Loye (abbé), Histoire de l'église de Besançon, tome VI, p. 327.
Sauzay (Jules), Histoire de la persécution révolutionnaire dans le département du Doubs, tome IX, p. 733.
Suchet (chanoine), Association du séminaire d'Ornans, 31 août 1996.
Thiébaud (Jean-Marie), Les Francs-Comtois de la Révolution, tome 1er, p. 111.




[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr