Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 5858782 visiteurs et 6545228 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: Membres de la confrérie Saint-Claude des Bourguignons à Rome


        Option avancées ...

 Titre: Membres de la confrérie Saint-Claude des Bourguignons à Rome
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

  Membres de la confrérie de Saint-Claude des Bourguignons de Franche-Comté à Rome (17e-18e siècles)

par le docteur Jean-Marie Thiébaud


Le 19 août 1650, trois Francs-Comtois (Jean Bonnot, prêtre de Salins (Jura), Hippolyte Collot alias Coillot, de Poligny (Jura), docteur ès droits et attaché à la Cour de Rome, et Jean Menacard, chanoine de Saint-Maurice de Salins) présentèrent, au nom de leurs compatriotes installés à Rome, au vice-gérant du cardinal-vicaire de Sa Sainteté l'autorisation de se réunir en assemblée et c'est ainsi que, dix jours plus tard, « quarante-neuf nationaux de la Franche-Comté de Bourgogne se réunissaient, en vertu d'une autorisation temporaire, dans la chapelle de la Purification des Transalpins. Ils y déclaraient vouloir créer à Rome une confrérie nationale sous l'invocation de saint André et de saint Claude, patrons et protecteurs de la Franche-Comté ; ils ajoutaient que cette confrérie, à la fois pieuse et charitable, s'efforceraient de trouver des ressources pour ouvrir une église et ensuite pour fonder un hôpital à l'usage exclusif des indigents de la Franche-Comté qui se trouveraient à Rome … Dans une seconde assemblée, tenue à Saint-Yves des Bretons le 4 novembre 1650, les nationaux de la Franche-Comté, au nombre de 156, constituèrent des procureurs pour l'acquisition, aux frais de leur groupe national, d'un oratoire destiné aux exercices de la confrérie qu'ils projetaient d'établir. Ces mandataires … firent choix d'une petite église que les Bernardins réformés de la province de Piémont possédaient sur la vieille place de Saint-Silvestre et que ces religieux consentaient à aliéner. Cet oratoire fut d'abord amodié, et le groupe national s'y réunit pour recevoir notification d'un acte du 7 mai 1652 qui donnait l'institution canonique à la confrérie de Saint-Claude. Séance tenante, il fut procédé à une première élection des officiers annuels de la confrérie, c'est-à-dire de deux recteurs, d'un secrétaire, de six conseillers ou assistants, de deux syndics, de deux visiteurs des pauvres et de deux sacristains, toutes ces fonctions étant bénévoles. Il fut arrêté ensuite que la confrérie se recruterait uniquement parmi les nationaux de la Franche-Comté et les citoyens de Besançon, ainsi que parmi les enfants mâles desdits nationaux ou citoyens résidant à Rome. On ne tarda pas cependant à faire appel en faveur de l'œuvre aux Comtois qui habitaient Naples, et l'un deux, Claude François de Lallemand, baron de Lavigney, fut accrédité pour recevoir les offrandes destinées à la confrérie…. L'oratoire de la vieille place de Saint-Silvestre fut acquis le 3 avril 1656, moyennant la somme de onze cents écus. L'autorisation d'y recevoir des sépultures fut obtenue le 28 juin 1659. Dans le même temps, la confrérie acheta trois maisons contiguës à son église et entreprit la réédification de l'une d'elles… » (Castan, op. cit., p. 185-188). Ces maisons permettront la construction d'un hôpital. Plus tard, la confrérie devait s'adjoindre les services d'un agent comptable (essatore) et celui d'un fabricien (fabbriciere).
L'église des Francs-Comtois à Rome, placée sous le double patronage de saint André et de saint Claude. Située Via del Pozzetto (160, Piazza San Silvestro), est plus connue sous le simple nom de Saint-Claude des Bourguignons. Sur sa frise, on peut lire l'inscription suivante : COMITATUS BURGUND. SS. ANDREÆ AP. ET CLAUDIO EP. NATIO DIC. (Le Peuple du Comté de Bourgogne a dédié cette église à saint André, apôtre, et à saint Claude, évêque).
Tous les Francs-Comtois arrivant à Rome avaient le droit d'être reçus gratuitement dans l'hospice fondé à leur intention. Au-dessus de la petite porte constellée de clous de cet établissement cédé à l'administration de l'hôpital, Via del Mortaro, on pouvait encore lire, à la fin du 19e siècle, l'inscription HOSPITIO PER. LI. POVERI PELLEGRINI BORGOGNONI CONTE (Hospice pour les pauvres pèlerins du comté de Bourgogne).
Le 5 juillet 1662, la confrérie de Saint-Claude à Rome (qui regroupait alors des milliers de Francs-Comtois ayant trouvé refuge dans la ville éternelle pendant la guerre de Dix Ans) demanda un portrait sur soie du Saint Suaire de Besançon pour orner son église, récemment bâtie. Le chapitre de Besançon répondit favorablement à cette demande à condition que la reproduction ne sera pas de la grandeur de l'original et qu'elle portera l'indication que ce n'est qu'une copie(Archives départementales du Doubs, n° G 206).
La construction d'un hôpital, annexé à l'oratoire Saint-Claude, avait été autorisée le 08.10.1663 par un rescrit de l'archevêque de Patras, vice-gérant de Rome. La dotation de l'asile avait été assurée par François Henry (surnommé Francesco Arrigo et Francesco de Borgogna par les Italiens), originaire de Montarlot-les-Champlitte (Haute-Saône) et installé depuis plusieurs années à Rome, grâce à un important legs contenu dans le testament rédigé par ce bienfaiteur le 26.01.1654.
Après la conquête de la Franche-Comté par les troupes de Louis XIV, l'église était administrée par le curé de Saint-Louis des Français et on y avait apposée l'inscription QUICUMQUE ORAVERIT PRO REGE FRANCIÆ HABET DECEM DIES DE INDULGENTIA, A PAPA INNOCENT. IV (Quiconque prie pour le roi de France a dix jours d'indulgence accordés par le pape Innocent IV).
Les Pieux établissements de la France à Rome et à Lorette (fondation française installée en Italie) sont propriétaires de cinq églises dans la capitale italienne : Saint-Louis des Français, La Trinité des Monts, Saint-Nicolas des Lorrains, Saint-Yves des Bretons et Saint-Claude des Bourguignons. Ces églises sont placées, par le biais de l'ambassadeur de France près le Saint-Siège, sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères. L'affectation de certains des biens des Pieux établissements de la France à Rome, comme l'ensemble conventuel de la Trinité des Monts et l'église de Saint Claude des Francs-Comtois de Bourgogne, fait l'objet d'accords internationaux bilatéraux entre la France et le Saint Siège. En outre, le dernier règlement de cette fondation, du 25 août 1956, a été approuvé par bref du Pape Pie XII, en date du 8 septembre 1956.
Leur administrateur actuel est le Père Bernard Ardura.


· ALVISET Pierre (fils d'un notaire de Besançon), 1660-1675
· AYMONIN Joseph, prêtre du diocèse de Besançon (Doubs), membre de la confrérie de Saint-Claude dès 1761, recteur de celle-ci en 1767, curé de Saint-Louis des Français à Rome en 1774. C'est lui qui rédigea, le 28.11.1774, l'acte de décès du sculpteur Pierre de l'Estache, auteur, selon Castan et Muntz, des quatre figures d'évangélistes qui décorent les pendentifs de la coupole de Saint-Claude des Bourguignons (Eugène Muntz, « Artistes employés à Saint-Louis des Français », in Nouvelles Archives de l'Art français, 1876, p. 380). En réalité, on doit ces pendentifs à Giuseppe Rusconi (1687-1758). On doit par contre à Pierre de l'Estache (v. 1688-1774) la réalisation de statues en stuc représentant quatre vertus.
· BALLET Philippe, membre fondateur de la confrérie en 1650
· BARBAUD Jean, recteur de la confrérie en 1786
· BARBERET Albert, membre fondateur de la confrérie en 1650
· BARBEROT Claude (fils de Jean Barberot), de Chargey-les-Port (Haute-Saône), membre de la confrérie depuis 1672. Il testa le 11 août 1672 devant le notaire Belletti (qui le nomme « Barbaro » dans ce document), fondant deux dots pour des jeunes filles pauvres d'origine franc-comtoise. Cette libéralité ne devint effective qu'au décès de Jeanne Jacquet (« Giovanna Giacchi »), veuve du testameur. Ce testament est conservé aux Archives d'État (Archivio di Stato).
· BARTHELET François, recteur de la confrérie en 1742-1743, 1749-1760
· BAUDOT Jean, recteur de la confrérie en 1725-1727, trésorier en 1728-1732
· BAUDOT Joseph, membre de la confrérie dès 1670.
· BEJAMAIN (BENJAMIN) François Humbert, membre fondateur de la confrérie en 1650, sacristain en 1652
· BESANÇON Jean Antoine, recteur de la confrérie en 1784
· BÉSARD Jean, membre de la confrérie depuis 1650.
· BEUQUE Claude (Claude Jean Baptiste), originaire de Dole (Jura), † à Rome en avril 1717, docteur en théologie, prieur, membre de la confrérie dès 1694, recteur en 1694-1696, trésorier en 1698, prieur en 1716-1717. Il fit un legs au profit de l'église Saint-Claude. Son frère, Denis Beuque, protonotaire apostolique, fut recteur de l'hôpital du Saint-Esprit de Besançon (Doubs).
· BIDO (alias BIDAU) Jean-Louis, membre fondateur de la confrérie en 1650, assistant en 1652, trésorier en 1653, prieur de la confrérie en 1655-1658
· BOISOT Jean-Baptiste, né en juillet 1638, abbé de Saint-Vincent de Besançon, membre de la confrérie dès 1663. Il constitua une importante bibliothèque qu'il légua à sa ville natale afin qu'elle devînt un dépôt public (le premier de France) (H. Tivier, « L'abbé Boisot », Mémoires de la Société d'Émulation du Doubs, 4e série, t. IX, 1875).
· BOLE Jean, prêtre, recteur de la confrérie en 1675-1676, 1684-1685
· BONDONA Abraham, écrivain apostolique, 1650, recteur de la confrérie en 1654 et en 1659
· BONNET Jean, de Salins (Jura), prêtre, membre fondateur de la confrérie en 1650, trésorier en 1662, secrétaire de la confrérie en 1668
· BORDEAU Claude, recteur de la confrérie en 1768
· BOUCHET Jean, recteur de la confrérie en 1662
· BOURGONGNE (de) François, membre fondateur de la confrérie en 1650
· BOUVOT Claude Étienne, recteur de la confrérie en 1746-1747, 1753-1754
· BRESSAN Simon, prêtre, membre fondateur de la confrérie en 1650
· BRETON Luc François, né à Besançon (Doubs) le 06.10.1731, † ibidem le 4 ventôse an VIII (23.02.1800), fils de François Breton, procureur au bailliage de Besançon, et de demoiselle Catherine Obingen. Menuisier puis sculpteur, il se rendit à Rome, tailla ensuite le marbre et réalisa la Mort du général Wolf et un saint André colossal qui fut placé devant l'église de Saint-Claude des Bourguignons. De retour à Besançon, il réalisa deux anges adorateurs en marbre blanc (1765) qui ornent l'autel de la cathédrale Saint-Jean (et seront copiés dans de nombreuses églises de Franche-Comté), une Piéta en pierre de Tonnerre, placée dans l'église Saint-Pierre en 1787, un buste de Cicéron et une statue de saint Jérôme. On lui doit aussi un magnifique tombeau exécuté dans l'église de Pesmes (Haute-Saône) pour Ferdinand de la Baume mais malheureusement détruit à la Révolution. Il adhéra à la confrérie de Saint-Claude des Bourguignons lors de son séjour à Rome à l'Académie de France en 1766. Il était membre associé de l'Institut. On a donné son nom à une rue de Besançon, reliant la grande-rue et la rue des Granges.
· BRIOT Jean Baptiste, recteur de la confrérie en 1703-1704, 1709-1710, trésorier en 1716, 1724
· BRIOT Jean Pierre, recteur de la confrérie en 1761-1764, trésorier en 1764. Il fonda une messe dans l'église Saint-Claude
· BRIOT Joseph, né à Belleherbe (Doubs) vers 1689, † à Rome le 04.07.1781, inhumé dans l'église Saint-Claude des Bourguignons, fils de Jean-François Briot, greffier de la seigneurie de Châtillon-sous-Maîche, et d'Anne-Marie Genevois. Prêtre, secrétaire de la confrérie en 1718, recteur en 1728-1730, 1736, trésorier en 1742, prieur commendataire de Romainmôtier (1739), futur préfet de la Daterie apostolique à Rome. Par décret du 31 mars 1764, l'archevêque de Besançon autorisa la construction d'une église succursale à Belleherbe (Doubs), édifiée aux frais de Joseph Briot, préfet de la Daterie à Rome, et de Sébastien Briot, vicaire de Verrière. Joseph Briot envoya de Rome trois tableaux pour l'ornementation de cet édifice. Son portrait était conservé à la cure de Belleherbe. Voir du même auteur, « Officiers seigneuriaux et anciennes familles de Franche-Comté », t. II, p. 201-205.
· BROUILLARD Antoine, assistant de la confrérie en 1652
· CHAPUISET Claude, recteur de la confrérie en 1669, trésorier en 1672, recteur en 1673-1674, trésorier en 1676, recteur en 1678, 1680-1681, 1686-1687
· CHASSIGNET Jean, † le 17.06.1680, membre de la confrérie depuis 1655, chanoine de l'église métropolitaine de Besançon (Doubs) depuis 1667
· CLAUDET Jean-Baptiste, prêtre, recteur de la confrérie en 1732-1733, 1750-1752, 1756-1760
· CLERC Nicolas, trésorier de la confrérie en 1679, recteur en 1683-1684, 1687-1695, 1699-1700, 1702-1703, 1708-1709, 1717-1718
· COILLOT Claude François, de Poligny (Jura), reçu docteur en droit à Rome, 1661. Avec son frère Jean-Charles Coillot, alphère, il défendra la ville de Besançon (Doubs) en 1674. Tous deux seront ensuite reçus gratuitement citoyens de Besançon. Claude François Coillot sera maire de Poligny en 1684 (Chevalier, "Histoire de Poligny", t. II, p. 335).
· COILLOT Hippolyte, de Poligny (Jura), docteur en droit, attaché à la cour de Rome, membre fondateur de la confrérie en 1650, secrétaire de la confrérie en 1653-1662, recteur en 1663
· COLETTE Claude Antoine (alias COLLETTE Claude) , membre fondateur de la confrérie en 1650, assistant en 1652
· COLIN de CHAFFOIS Philippe, écuyer, membre de la confrérie en 1685, maire de Pontarlier (Doubs) en 1695
· COLOMBOT Étienne, secrétaire de la confrérie en 1685
· COSTE Nicolas, membre fondateur de la confrérie en 1650, greffier en 1660-1661, recteur de la confrérie en 1670
· CUINET Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650, syndic en 1652
· DAILLO Jean Charles, membre fondateur de la confrérie en 1650
· DEGOUX : voir GOUX (de)
· DESCHARD Jacques, trésorier de la confrérie en 1720, recteur en 1727-1728
· DESCHARD Jean Baptiste, recteur de la confrérie en 1701-1702, 1720-1721
· DESCHARD Pierre, recteur de la confrérie en 1738-1741, 1747-1748, 1761-1762, trésorier en 1762
· DUBOIS (alias DU BOIS) Alexandre, recteur de la confrérie en 1655-1558
· DUMONT (alias DU MONT) Philibert, membre fondateur de la confrérie en 1650
· DURAND François, recteur de la confrérie en 1729-1730
· FATELAY Claude, originaire de Chapelle d'Huin (Doubs), prêtre, membre fondateur de la confrérie en 1650, trésorier de la confrérie en 1655-1659, recteur de la confrérie en 1664-1665, 1668, 1671
· FATELAY Ignace, recteur de la confrérie en 1692-1695, 1718-1719
· FROISSARD de BROISSIA Jean, membre fondateur de la confrérie en 1650
· FROISSARD de BROISSIA Jean Claude Joseph, seigneur de Montagna, recteur de la confrérie en 1677
· FROISSARD de BROISSIA Jean Ignace, prieur de Vaux-sur-Poligny (Jura), chanoine du chapitre métropolitain de Besançon (Doubs), membre fondateur de la confrérie en 1650, prieur de la confrérie en 1663
· FROISSARD de BROISSIA Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650
· GALOIS Étienne François, de Poligny (Jura), † en 1774, curé de Saint-Louis des Français à Rome (1733) (Eugène Muntz, « Artistes employés à Saint-Louis des Français », in Nouvelles Archives de l'Art français, 1876, p. 379), membre de la confrérie en 1731, chanoine de l'église métropolitaine de Besançon en 1734, vicaire général de l'archevêque de 1746 à 1772, vice-chancelier de l'université de Franche-Comté dès 1748 (Almanachs de Besançon et de Franche-Comté).
· GARNIER Hugues, membre fondateur de la confrérie en 1650
· GELIOT Frédéric, membre fondateur de la confrérie en 1650
· GENERO Claude, membre fondateur de la confrérie en 1650
· GIROD Claude, de Nozeroy (Jura), docteur en droit, 1661. Il sera reçu gratuitement citoyen de Besançon le 13.11.1669.
· GOUX (de) Claude René, membre fondateur de la confrérie en 1650
· GRANDJACQUET Guillaume Antoine (dit Antoine), né à Reugney (Doubs) le 17.06.1731, † à Rome, dans la paroisse de San Lorenzo in Lucina, le 22 février 1804, fils de Claude Étienne Grandjacquet et de Jeanne Françoise Troutet (parrain : Guillaume Vallet ; marraine : Marie Antoine Grandjacquet, tous deux de Reugney. Sculpteur, il réalisa en 1771 une statue colossale de saint Claude, placée à côté de celle de saint André, œuvre de son compatriote Luc Breton. Devenu membre de la confrérie de Saint-Claude des Bourguignons en 1766, il en fut secrétaire en 1769 et recteur (député) en 1793. Il épousa Girolama Girod, d'origine comtoise.
· GRIFFON Quentin, membre fondateur de la confrérie en 1650, recteur de la confrérie en 1652-1653 et en 1660-1661, secrétaire en 1663-1667, recteur en 1668-1669, 1671-1672, trésorier en 1673, recteur en 1674-1675, 1679
· GRISET François, membre fondateur de la confrérie en 1650
· HENRY François, assistant de la confrérie en 1652, recteur en 1654
· ISABEY, membre fondateur de la confrérie en 1650, visiteur des pauvres en 1652
· JEANNIN Philippe, recteur de la confrérie en 1730-1731, 1736-1737, trésorier en 1738, recteur en 1745-1746
· JODIMET (JODIMEY, GOUDIMEL) Nicolas, de Besançon (Doubs), membre fondateur de la confrérie en 1650
· JOLIOT Frédéric, membre fondateur de la confrérie en 1650
· JOUSSERANDOT Marc, recteur de la confrérie en 1719, 1725-1726, 1731-1732, trésorier en 1733, recteur en 1737, trésorier en 1739-1741, recteur en 1742
· LAMBERT Henri, prêtre, recteur de la confrérie en 1676
· LANCHY Jacques, recteur de la confrérie en 1755
· LANCHY Jean, recteur de la confrérie en 1784-1785
· LANCRENON Claude Simon, de Lods (Doubs), † en 1756, secrétaire de la confrérie en 1724, 1727, 1731, 1734, 1737-1741, recteur en 1744-1745, 1755-1756
· LANGROGNET Antoine Nicolas (dit Nicolas), né à Vesoul (Haute-Saône) le 08.01.1651, † ibidem le 07.05.1727 (fils de François Langrognet et de Marguerite Othenin), membre de la confrérie depuis 1671, maire de Vesoul en 1683, 1692 et 1699 (Suchaux, "Galerie nobiliaire", tome I, p. 324), lieutenant général de police (lettres patentes du 20.06.1700). Devenu conseiller au Parlement de Franche-Comté (03.01.1712) et seigneur de Chargey-les-Port (Haute-Saône), il a été reçu citoyen de Besançon (Doubs) le 05.03.1712. Il épousa à Vesoul, le 20.04.1676, Anne Madeleine Miredondel, fille de Jean Miredondel, procureur au bailliage, et de Claudine Buretel, qui lui donna seize enfants.
· LASSAU (de) Hyacinthe, originaire de « Molard » (Molay), membre de la confrérie depuis 1662. Il a fondé une messe dans l'église Saint-Claude.
· LINGLOIS Jean-Baptiste, membre fondateur de la confrérie en 1650, docteur en droit, avocat à Besançon (Doubs) dès le 12.02.1657
· LOGRE François, membre fondateur de la confrérie en 1650
· LOISY (de) Charles Jean Baptiste, né à Besançon (Doubs) le 25.06.1655, † le 14.05.1705 (fils de Pierre de Loisy (1619- v. 1670), orfèvre et graveur, et d'Anne Gaudot, membre de la confrérie en 1678, reçu maître orfèvre à Besançon le 24.04.1680
· LOMBARD Charles, recteur de la confrérie en 1785-1786
· LOMBARD Jean Claude, secrétaire de la confrérie en 1723, 1725-1726
· LOMBARD Jean-François, recteur de la confrérie en 1711-1715, trésorier en 1717, recteur en 1721-1722
· LOMBARD Jean Ignace, de Bouverans (Doubs), recteur de la confrérie en 1769, trésorier en 1771
· LOUVET Claude François, recteur de la confrérie en 1672-1673
· LOUVET Jean Claude, d'Arbois (Jura), docteur ès droits et écrivain apostolique, recteur de la confrérie en 1670, 1672
· LUC Nicolas, de Poligny (Jura) ( ?), † vers 1710, trésorier de la confrérie en 1670. Il fonda deux chapellenies dans l'église de Saint-Claude en 1710.
· MAGNIN Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650
· MAILLET Nicolas, doyen, membre fondateur de la confrérie en 1650
· MAIROT Jacques Louis, de Baume-les-Messieurs (Jura), prieur des Bouchoux depuis 1638, membre fondateur de la confrérie en 1650
· MARCHAND de LA CHÂTELAINE Claude Pierre, membre de la confrérie en 1685.
· MARCHANDET Étienne, recteur de la confrérie en 1677
· MARGUET Jacques, assistant de la confrérie en 1652, trésorier de 1663 à 1669, 1671-1672, 1674, 1678
· MARMIER Georges, † vers 1707, recteur de la confrérie en 1688-1689, 1691-1693, trésorier en 1696. En 1707, il fit un legs au profit de l'église Saint-Claude à charge de deux messes par mois.
· MASSON Claude, membre fondateur de la confrérie en 1650, syndic en 1652
· MAUGAIN Pierre, trésorier de la confrérie en 1723, 1734-1737
· MAUPRÉ Vincent, recteur de la confrérie en 1681-1682, trésorier en 1683-1686
· MELIN Antoine, prêtre, secrétaire de la confrérie en 1749
· MENECARD Jean, † vers 1660, chanoine de Saint-Maurice de Salins (Jura), membre fondateur de la confrérie en 1650, chanoine de l'église métropolitaine de Besançon (Doubs) lors de son décès
· MICAUD Guillaume, secrétaire de la confrérie en 1681, recteur en 1685-1686
· MIGET Jean, de Pontarlier (Doubs), † vers 1663, docteurs ès droits, chanoine de Saint-Jean de Besançon, prieur de Jussey et de La Loye, membre de la confrérie en 1650 à Rome où il devint chanoine de Sainte-Marie-Majeure et avocat consistorial à la cour de Rome. En 1652, il était assistant de la confrérie. Il travailla à la canonisation de saint François de Sales. Il fit un legs d'actions de sociétés immobilières au profit de la confrérie de Saint-Claude des Bourguignons, à charge d'une messe hebdomadaire.
· MILLET Noël, recteur de la confrérie en 1708
· MONNOT Pierre Étienne, né à Orchamps-Vennes (Doubs) le 11.08.1658, † à Rome le 24.08.1733, inhumé dans le chœur de l'église Saint-Claude (fils d'Étienne Monnot, de Noël-Cerneux (Doubs), sculpteur, reçu citoyen de Besançon (Doubs) le 07.09.1676, et d'Élisabeth Fleguerin, Bohémienne), sculpteur, recteur de la confrérie des Bourguignons de Franche-Comté à Rome en 1698-1699, 1704-1706, 1710-1711. Influencé par Domenico Guidi, il réalisa le tombeau du pape Innocent XI de 1697 à 1704, dans la basilique Saint-Pierre de Rome, en s'inspirant de celui qu'Algardi avait sculpté pour le compte de Léon XI. Son oeuvre, qui s'épanouit d'Allemagne ("Le Bain de Marbre" à Cassel) et d'Angleterre (où il travailla pour le comte d'Exeter) à Rome, constitue un parfait exemple du baroque flamboyant. Monnot sculpta de nombreuses statues ayant la mythologie pour thème. Il n'hésita pas à reprendre certains personnages déjà traités par Pierre Puget et Le Bernin, notamment Apollon et Daphné, Persée. Son ensemble "Andromède et le monstre marin" (1700-1704) est conservé à New York au Metropolitan Museum of Art. On peut voir aussi à Saint-Jean de Latran ses Saint Paul et Saint Pierre, deux statues colossales, en marbre blanc, hautes de 4,25 m. et, à Poligny (Jura), cinq bas-reliefs. Le Louvre, les musées de Besançon et de Nancy conservent aussi des œuvres de cet artiste. Pierre Étienne Monnot aurait été anobli par le pape Innocent XIII et portait des armoiries parlantes : une fasce accompagnée de deux étoiles en chef et d'un moineau en pointe. Voir Christiane Dotal, Pierre-Etienne Monnot (1657-1733) : l'itinéraire d'un sculpteur franc-comtois de Rome à Cassel, au XVIIIe siècle, catalogue d'exposition, musée des Beaux-Arts, Lons-le-Saunier (juin-sept. 2001), juin 2001.
· MOREL François, recteur (député) de la confrérie en 1793
· OSANNE Claude, membre fondateur de la confrérie en 1650
· OTHENIN Henri, de Vesoul (Haute-Saône), chanoine du chapitre métropolitain de Besançon (Doubs), présent à Rome depuis 1639, membre fondateur de la confrérie en 1650, recteur de la confrérie en 1652
· PANIER Anatoile, secrétaire de la confrérie en 1672, recteur en 1677-1678
· PAQUET Jacques, trésorier de la confrérie en 1725-1726
· PERRIN Jean Baptiste, prêtre, recteur de la confrérie en 1749
· PERRON Anatoile, membre fondateur de la confrérie en 1650, sacristain en 1652
· PERROUX Claude Étienne, secrétaire de la confrérie en 1680
· POULANCHET Antoine, membre fondateur de la confrérie en 1650
· QUETOD Didier, argentier, membre fondateur de la confrérie en 1650, recteur de la confrérie en 1679-1680. Avec son épouse Antoinette Cornier, il offrit un calice et sa patène à l'église Saint-Claude en 1678.
· REDOUTEY Jacques Antoine, citoyen de Besançon, notaire apostolique, secrétaire de la confrérie en 1674
· RENAUD Hilaire, secrétaire de la confrérie en 1730, recteur en 1733-1734, secrétaire en 1735, recteur en 1739-1741, secrétaire en 1742, recteur en 1750-1753, 1763-1764, secrétaire en 1771
· REUD Claude Antoine, † le 08.11.1683, originaire de Besançon (Doubs), membre fondateur de la confrérie en 1650, chanoine du chapitre métropolitain de Besançon depuis 1667
· RICHARD Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650, secrétaire de la confrérie en 1652
· ROLLET Philippe, recteur de la confrérie en 1717
· ROUGET Christophe, membre fondateur de la confrérie en 1650
· ROY Noël, recteur de la confrérie en 1734, 1743-1744
· SAILLARD Étienne, secrétaire de la confrérie en 1670-1671
· SALINS (de) Jean Baptiste, membre fondateur de la confrérie en 1650
· SCEY (SCEY-MONTBÉLIARD) (de) Antoine Sébastien, membre de la confrérie depuis 1678
· SILVAN François, de Dole (Jura), trésorier de la confrérie en 1765-1766, recteur en 1768
· SIMONNOT Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650
· SIRE Étienne (Il signore Stefano Siliri della Borgogna della Contea), né dans la région de Gray (Haute-Saône) vers 1693, † le 28.03.1663 (fils de Jean Sire), membre fondateur de la confrérie en 1650. Il en fut trésorier en 1652, et recteur en 1653, 1660-1661. Par son testament, reçu par le notaire Abenantes, le 14.01.1663 (conservé à la fin du 19e siècle dans les minutes du notaire Pomponi), il demanda à être inhumé dans l'église San Lorenzo in Lucina (ce qui fut fait) et légua à Saint-Claude des Bourguignons 6000 écus (l'écu romain valant 5 francs 37 centimes), dont 1000 pour achever le maître-autel de l'église et 500 pour acheter six chandeliers et une croix à placer sur ledit autel. Il offrit aussi quatre dots de vingt écus chacune, plus cinq écus pour le trousseau, à des jeunes filles pauvres, nées en Franche-Comté ou issues de parents appartenant à cette province. Il épousa Maddalena Tavanetti (probablement Madeleine Thevenet, née à Rome d'un père originaire de Franche-Comté), † le 21.03.1688.
· SIRGUEY Jean Baptiste, recteur de la confrérie en 1682-1683
· THIÉBAUD Claude, recteur de la confrérie en 1709
· TISSERAND Claude, membre fondateur de la confrérie en 1650
· TISSERAND Simon, membre fondateur de la confrérie en 1650
· VARÉCHON François, recteur de la confrérie en 1696-1697, secrétaire en 1705-1706, 1712-1716
· VARÉCHON Jean-Baptiste, secrétaire de la confrérie en 1733
· VERMOT Poncet, recteur de la confrérie en 1687-1688, 1697-1698, 1700-1701, 1705-1707
· VILLAIN Claude, membre fondateur de la confrérie en 1650
· VILLAIN Pierre, membre fondateur de la confrérie en 1650, visiteur des pauvres en 1652
· VOISSART Thiébaud, † vers 1672, docteur ès droits, attaché à la cour de Rome, recteur de la confrérie en 1659 et 1662, 1664. Il fit un legs au profit de celle-ci en 1672.
· VUILLIN Pierre François, de Baume-les-Dames (Doubs), second chapelain et confesseur de la confrérie dès 1678. Son salaire fut fixé à trois écus de monnaie romaine par mois. Il bénéficiait aussi d'un logement de deux chambres situées au-dessus de l'église.
· VUITENEY Jean-Ange, trésorier de la confrérie en 1719, prieur en 1723-1724


Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Rome (111 et 113).
Jean Gaume, Les trois Rome. Journal d'un voyage en Italie…, Rome, 1856, p. 256.
Eugène Muntz, « Artistes employés à Saint-Louis des Français », in Nouvelles Archives de l'Art français, 1876, p. 380.
Louis Suchaux, Galerie héraldo-nobiliaire de la Franche-Comté, Paris, Honoré Champion, 1878, 372 et 400 p.
Auguste Castan, « La confrérie, l'église et l'hôpital de Saint-Claude des Bourguignons de la Franche-Comté à Rome – Notice historique suivie de documents », Mémoires de la Société d'Émulation du Doubs, 1880, Besançon, 1881, p. 175-266.
Chanoine René Flusin, « Un sculpteur franc-comtois à Rome : Pierre-Étienne Monnot (1656-1733) », P.V. et Mémoires de l'Académie de Besançon, 1956, p. 331-343.
Jean-Marie Thiébaud, Les Cogouverneurs de la Cité impériale de Besançon, Besançon, CEGFC, 1996.
Pierre R. Sonnet (sous la direction de), Dictionnaire biographique de la Haute-Saône, SALSA, 2005, 2 vol., 863 p.




[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr