Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 5551104 visiteurs et 6179405 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: CRIS DE GUERRE, DEVISES, ADAGES DE LA FRANCHE-COMTE (3)


        Option avancées ...

 Titre: CRIS DE GUERRE, DEVISES, ADAGES DE LA FRANCHE-COMTE (3)
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

  501. OBEDIENS USQUE AD MORTEM : devise de la famille Perrot de Visenay et Perrot d'Annoire (R. de Lurion).
502. OBEDIENTIA FELICITATIS MATER : devise latinisée inscrite sur la façade la cour intérieure de l'ancien Hôtel de Ville de Besançon (Doubs). Voir plus loin POR OBEIR.
503. OBESSE NULLI, PRODESSE MULTIS : devise de la noble famille de Pra (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté », Annuaire du Jura, 1862, p. 146 ; J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté » à l'article « Balay » qui est la même famille, connue aussi sous le nom de « Balay-Pra », originaire du Réthelois, installée en Bourgogne puis en Franche-Comté dès 1460).
504. O OEUR DE JESUS QUI M'AIMEZ SANS DETOUR, ALLUMEZ DANS MON C�UR LE FEU DE VOTRE AMOUR : inscription sur le linteau de la porte d'une maison de Petite-Chaux (Doubs) avec le chronogramme 1748 au-dessus d'un coeur surmonté d'une croisette et soutenu par une branche de laurier (dessin reproduit dans le « Dictionnaire des Communes du Doubs », V, p. 2499).
505. O CRUX AVE (Salut, ô Croix) : inscription latine sur le crucifix de l'église de Grattery (Haute-Saône).
506. O CRUX AVE SPES UNICA : incription latine sur le linteau d'une porte de Neurey-les-La-Demie (Haure-Saône).
507. OMNIBUS UNIUS ET UNI : devise latine inscrite avec le chronogramme 1701 sur une maison de Corravillers (Haute-Saône), au nord de l'église.
508. OMNI MOMENTO TIME MONUMENTUM : inscription latine sur le linteau d'une maison de Courboux, hameau de Pennesières (Haute-Saône) avec les initiales Cl.P. et le chronogramme 1740. Ces initiales sont probablement celles de Claude Louis Poignand, seigneur de Pennesières (N.B. : la maison possède aussi une taque de cheminée marquée au nom de Poignand).
509. OMNIUM VOLUNTAS, OMNIA VINCIT : inscription latine (à la suite de la mention explicative : « Le zèle seul des habitants de Ternuay et les soins de ses administrateurs ont construit ce pont après la guerre de 1814 et pendant les hostilités de 1815 ») sur le pont qui franchit l'Ognon à Ternuay, commune actuelle de Ternuay-Melay-Saint-Hilaire (Haute-Saône).
510. O MORS QUAM AMARA EST MEMORIA TUA HOMINI PACEM HABENTI IN SUBSTANTIIS SUIS (Eccl. 41) : inscription sur la porte d'une maison (station-service) de la grande-rue de Vauvillers (Haute-Saône).
511. OPUS FAC EVANGELISTAE : devise latine de Marc-Armand Lallier, évêque de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 26.09.1949, archevêque de Marseille (Bouches-du-Rhône) le 26.09.1956 puis de Besançon (Doubs) en 1966-1981.
512. OTIUM SINE LITTERIS MORS EST : devise d'Antoine Marguier, seigneur d'Aubonne (Doubs) et d'Audelange, président de la Chambre des Comptes en 1767 puis du Bureau des Finances de Besançon (Doubs) en 1776, né à Chapelle-d'Huin (Doubs) le 30.10.1741 (Archives du Doubs, J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., 2° série, n° 332).
513. ORI MODERERIS ET IRÆ (alias ORI MODERERIS ET IRA ALISQUE TABE LINGUA) : devise de la famille Belin (tableau et portrait au musée des Beaux-Arts de Besançon, jetons de cogouverneur, 1627-1669 dont ceux de Claude Belin).
514. ΩΣ ΚΡΟΝΟΣ Ο ΒΙΟΣ ФЕΥΓΕΙ (La vie fuit comme le temps) : devise grecque inscrite avec le chronogramme 1876 sur le cadran solaire d'une maison particulière à Ruffey-sur-Seille (Jura).
515. OTIUM SINE LITTERIS MORS EST : devise de la famille Bousson (Antoine Maire, « Ex-libris comtois »).
516. OTIUM SINE LITTERIS MORS EST : devise de Charles Antoine Gay de Marnoz, président de la Chambre des Comptes de Dole (Jura) le 20.12.1748, mort le 26.12.1785 (Chassan et Tausin, J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 149).
517. OU SERA-CE , MÉRODE (alias OU SERASSE, MÉRODE) ? : devise de la famille princière de Mérode, originaire de Belgique, qui posséda un château et des terres à Maîche au XIX° s. Werner de Mérode, né au château de Villersexel (Haute-Saône) se fit naturaliser Français, nommer maire de Maîche en 1846, élire conseiller général, député puis sénateur du Doubs (B. Linnig, « Bibliothèques et ex-libris d'amateurs belges », Paris, 1906 et 1910, « Dictionnaire des Communes du Doubs », tome IV, p. 1894).
518. OUTRECUIDANCE DE NEUFCHASTEL : adage de l'ancienne et noble famille de Neufchâtel (J. de Champeaux).
519. O VOS QUI TRANSITIS PER VIA, ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICUT SOLOR MEUS : inscription latine sur la chapelle Notre-Dame de Pitié à Voray-sur-l'Ognon (Haute-Saône), sur la route de Buthiers, avec le chronogramme 1623 et les initiales du fondateur, I.M.P. (Jean Maillard, prêtre).
520. OYSELET DEVANT ! OYSELET DEVANT ! : cri de guerre des sires et barons d'Oiselay (Rietstap, « Armorial général »).
521. PAILLARDISE DE CICON : adage de la famille féodale de Cicon, connue depuis le XI° siècle (R. de Lurion).
522. PAISSEZ MES AGNEAUX : devise de la ville de Champagnole (Jura) dont les armoiries sont « d'azur à un château-fort d'argent érigé sur un mont au naturel, au chef cousu de gueules chargé d'un agneau paissant d'argent ».
523. PAIX, LIBERTÉ, SILENCE : devise du Dr Bernard Bonin, de Besançon (Doubs) (Conseil Français d'Héraldique, « Armorial du XX° siècle »)
524. PAR JUSTE RÈGLE : devise de Pierre Saulget, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
525. PARTHEY MEUM EST, CEDE, SATAN (Parthey est à moi, abandonne la place, Satan) : inscription latine qu'on voyait dans l'église de Mont-Roland sur un tableau peint par Nicolas Labbé, de Clerval (Doubs). Cette toile représentait le château de Parthey à Choisey (Jura) et un diable hideux qui fuyait d'une des vieilles tours du castel (A. Rousset, « Dictionnaire des communes du Jura », t. II, p. 155).
526. PATIENTIA OMNIA VINCIT (La Patience vient à bout de tout) : devise de la famille de Boigne (J. de Champeaux).
527. PATRUM ET PATRIÆ HONOREM SERVANS (Gardienne du culte des ancêtres et de la patrie) : devise parlante de la commune de Servance (Haute-Saône) adoptée au début du XX° s. avec les armoiries d'une famille noble du Chablais qui tirait son nom de Cervens, près de Thonon et qui ne possédait aucun lien avec Servance en Franche-Comté.
528. PAUVRES DE CROSEY : voir plus haut LES PAUVRES DE CROSEY.
529. PAVETE AD SANCTUARIUM MEUM : sentence latine inscrite sur le fronton triangulaire du portail de l'église des Haynans (Haute-Saône).
530. PAX (Paix) : devise latine inscrite dans la concavité d'un croissant de lune et sommée du chronogramme 1627 sur la façade du café de la Renaissance, place Marcel Moyse, à Saint-Amour (Jura).
531. PAX (Paix) : inscription latine sur de nombreuses tombes du cimetière des Chaprais à Besançon (Doubs).
532. PAX (Paix) : inscription latine sur une chapelle de Peu-d'Acquêt, grange de la commune du Pont-de-Bois (Haute-Saône).
533. PAX HUIC DOMUI (Paix à cette maison) : devise latine inscrite sur le linteau de la porte d'une maison Renaissance à Baume-les-Dames (Doubs), à l'angle de la place de la Loi et de la place du général de Gaulle, avec le chronogramme 1576.
534. PAX HUIC DOMUY (Paix à cette maison) DIEU SOIT BENY : devise mi-latine et mi-française avec le chronogramme 1741 sur la maison « Chez Prenel » à Villers-le-Lac (Doubs).
535. PAX OPTIMA RERUM : devise latine inscrite sur une façade d'une cour de Besançon (Doubs), 91, grande �rue (actuel hôtel Régina) avec le chronogramme 1816.
536. PAX VAUBIS (sic) (La Paix soit avec vous) : inscription latine avec le chronogramme 1632, les initiales I.P. et A.C. et un écu orné d'un chevron sur une maison de Burgille (Doubs).
537. PER CRUCIS HOC SIGNUM FUGIAT PROCUL OMNE MALIGNUM : ET PER IDEM SIGNUM ADDATUR QUODCUMQUE BENIGNUM. ANNO MILLESIMO CENTUM BIS ET OCTUAGENO/QUARTO DECIMO QUARTO DECIMO FUIT HÆC CRUX HIS SITA PRIMO : inscription latine sur les quatre pans qui regardaient la ville et l'Orient sur le fût octogonal soutenant une croix de pierre érigée à Poligny en 1294. Cette croix servait d'asile et quiconque parvenait à l'atteindre était inviolable. C'est au pied de cette croix que s'installa Gilbert Cousin pour dessiner une vue de Poligny vers 1550. La fureur révolutionnaire la renversa en 1792, mais elle fut rétablie en 1805 et remplacée en 1840 par une nouvelle croix nettement moins esthétique, ombragée symétriquement en triangle par trois peupliers et trois tilleuls.
538. PEREUNT ET IMPUTANTUR (Elles passent et elles nous sont comptées) : une des dix devises inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
539. PER VARIOS CASUS LALEMAND : une des devises latines de la famille Lallemand (de Vaite), de Dole (Jura) (J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté »). Voir aussi VINCIT IN BONO MALUM.
540. PÉTULANCE DE VY : adage de la famille féodale de Vy (Vy-lez-Lure, Haute-Saône) connue depuis 1130 (R. de Lurion).
541. PIETATE ET FORTITUDINE : devise latine de la famille du Chesne (alias du Chasne), de Besançon (Doubs), Quingey (Doubs), Dole (Jura) et Gendrey (Jura), citée dès le XIII° s., anoblie par Philippe II, roi d'Espagne, le 01.02.1590.
542. PIETATE ET JUSTITIA : devise latine du Parlement de Dole (Jura) concédée par le roi Philippe IV d'Espagne (Chassan et Tausin).
543. PIÉTÉ D'ACHEY : adage de la famille féodale d'Achey (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »). Voir JAMAIS LAS D'ACHEY.
544. PIÉTÉ D'AIGREMONT : adage de la famille féodale d'Aigremont, citée dès le XII° siècle (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
545. PLAISE À DIEU POLIGNY : voir plus haut À DIEU PLAISE.
546. PLOIE SOUS JOUG : devise de la famille féodale de Joux (Chassan et Tausin). Voir AU B�UF ! LASCIVETÉ DE JOUX.
547. PLURES LABORI DULCIBUS QUÆDAM OTIIS (Nombreuses pour le travail, quelques-unes pour de doux loisirs) une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
548. PLUS DE DEUIL QUE DE JOIE : devise de la noble famille de Saint-Mauris (Saint-Mauris-Châtenois (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France » ; Annuaire du Jura, 1862, p. 172).
549. PLUS DE FERMETÉ QUE D'ÉCLAT : devise de la noble famille de Saint-Mauris (Chaussin et Tausin).
550. PLUS D'HONNEUR QUE D'HONNEURS : devise de la famille de Mérode.(Paul Janssens & Luc Duerloo, « Armorial de la Noblesse belge », Bruxelles, 1992). Voir OU SERA-CE, MÉRODE ?
551. PLUS ON EN BOIT, PLUS ON VA DROIT ! : dicton appliqué au vin d'Arbois (Jura).
552. PLUS OULTRE : devise de l'empereur Charles Quint, comte de Bourgogne (Chassan et Tausin).
553. PLUS PROFESSE QUAM PROESSE : devise de Pierre Antoine Justin Paulinier, évêque de Grenoble (Isère) le 27.06.1870 puis archevêque de Besançon (Doubs) du 13.08.1875 à 1881.
554. PLÛT À DIEU (alias PLUST À DIEU ou PLEUT À DIEU et, en latin, UTINAM) : devise de la ville de Besançon (Doubs) qui figure, en particulier, sur la façade de son Hôtel de Ville (Chaussan et Tausin, Thiébaud, « Les Cogouverneurs �).
555. PONTARLIER ! PONTARLIER ! : cri de la ville de Pontarlier (Doubs) (Chassan et Tausin).
556. POR OBEIR (Pour obéir) : devise portée sur la livrée des sergents de ville au XV° siècle. Elle a été latinisée sous la forme OBEDIENTIA FELICITATIS MATER (voir plus haut).
557. PORTA C�LI INGREDIATUR GENS JUSTA : inscription latine au-dessus de la porte latérale droite de l'église de Mathay (Doubs).
558. POST PALMAS SIDERA MANENT : devise latine de Pierre Joseph Désiré Richardot de Choisey, né à Dole (Jura) le 06.08.1717, mort le 07.05.1786, président de la Chambre des Comptes de Dole en 1754 (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, p. 272).
559. POST TENEBRAS SPERO LUCEM (Après les ténèbres, j'espère la lumière) : devise latine de la famille de Laurencin-Beaufort (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique »).
560. POSUIT DIADEMA REGNI IN CAPITE EJUS FECITQ. EAM REGNARE : inscription latine au-dessus et à gauche du portail de l'ancienne abbaye de Saint-Vincent, rue Mégevand (Doubs), au-dessus de la statue de saint Ferréol.
561. POUR À JAMAIS : devise de la famille de Gorrevod, famille de Bresse installée en Franche-Comté vers 1500 (R. de Lurion).
562. POUR DIEU, POUR LA PATRIE : inscription sur le monument aux morts d'Adam-lès-Vercel (Doubs).
563. POUR LA GLOIRE : devise de la famille d'Ambly.
564. POUR L'ART ET LA TRADITION : devise de Gérard Riandet, 32, rue Louis-Pergaud à Champagney (Haute-Saône), sculpteur d'armoiries communales et familiales sur bois en 1990-2000.
565. P.P.P.P. : inscription sur le linteau de la petite porte d'une maisson appelée « le château » à Cerre-les-Noroy (Haute-Saône) avec le chronogramme 1739. Le « Dictionnaire des Communes de la Haute-Saône » (II, p. 79) traduit ces initiales par « Pauvres Paysans, Prenez Patience ».
566. PRÆMIUM VIRTUTIS HONOR (alias PRÆMIUM VIRTUTIS HONOS : devise latine de la famille Bocquet de Courbouzon et d'Escrilles, originaire de saint-Amour (Jura) (Annuaire du Jura, 1862, p. 167 ; R. de Lurion).
567. PRÆVIDE ET PROVIDE (alias PREVIDE ET PRÆVIDE ou PR�VIDE ET PROVIDE) : devise latine de la famille Boitouset (alias Boitouzet), de Besançon (Doubs) (y compris les jetons de cogouverneur de Philippe Boitouset de Vennans).
568. PRETIUM NON VILE LABORUM (alias PRETIUM CURSUS AUREA PELLIS - MERCES PRIMA DIGNA CARINA � PRETIUM AUREA PELLES) : Ordre de la Toison d'Or, créé en 1430 par Philippe le Bon, duc et comte de Bourgogne (Chassan et Tausin).
569. PREUX DE VERGY : adage de la noble et ancienne famille de Vergy qui a donné, en particulier, Antoine de Vergy, sacré archevêque de Besançon (Doubs) en 1517, + le 29.12.1541 et inhumé dans la chapelle Saint-Vincent de la cathédrale Saint-Etienne, fils de Guillaume de Vergy, maréchal de Bourgogne, et d'Anne de Rochechouart (J. de Champeaux, abbé Loye, « Histoire de l'Eglise de Besançon », III, p. 204-220).
570. PREVIDE ET PRAEVIDE : voir plus haut PRAEVIDE ET PROVIDE.
571. PROBIS PATEO (Je suis ouverte aux honnêtes gens) : formule latine sculptée sur le linteau de la porte d'entrée d'une maison bourgeoise d'Athose (Doubs) à la fin du XVI° siècle.
572. PRO CHRISTO ET GREGE (Pour le Christ et �) : devise latine d'Arthur Xavier Ducellier, archevêque de Besançon (Doubs) le 16.04.1887 (Esquieu, « Essai pour un devisaire normand »).
573. PRO DEO ET PATRIA (Pour Dieu et la Patrie) : devise latine de Rochet, avocat au bailliage de Vesoul (Haute-Saône) (H. de Fontenay, « Armorial de la ville d'Autun »).
574. PRO DEO. PRO PATRIA (Pour Dieu. Pour la Patrie) : devise latine sur une cloche de 1793 (an II de la République) de l'église de Chauvirey-le-Vieil (Haute-Saône).
575. PROEVIDE ET PROVIDE : voir plus haut PRAEVIDE ET PROVIDE.
576. PRO FIDE PUGNANDO (alias PRO FIDE ET PUGNANDO) (Je combats pour la foi) : devise latine de la famille de Martimprey dite de Franche-Comté dans le « Mémorial de la Noblesse » de 1864.
577. PRO PUGNANTE MARTE ET VIGILANTE MINERVA : devise de la famille de Joinville. Voir aussi le cri JOINVILLE.
578. PRO ROBORE VIRTUS : devise latine de Jean Borrey, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs). Sa famille est originaire d'Arinthod (Jura) (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
579. PRO SEDE PETRI (Pour le siège de Pierre) : devise latine du comte Cardez, demeurant en Franche-Comté lorsqu'il reçut le bref pontifical la lui accordant le 22.12.1876 (Jean de Bonnefon, « La Ménagerie du Vatican ou le livre de la noblesse pontificale »).
580. PROUESSE DE BAUMOTTE : adage de la famille féodale de Baumotte alias de Beaumotte, citée dès 1143 (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté », Chassan et Tausin).
581. PRO VERO, BONO ET ÆQUO SALVATI GLORIA CIVIS : devise latine de la noble famille Masson d'Authume (Chassan et Tausin)
582. PRUDENCE DE POLIGNY : dicton de la ville de Poligny (Jura) (Chassan et Tausin).
583. PRUD'HOMIE DE CHAMPDIVERS : adage de la famille féodale de Champdivers (Jura) citée dès 1160 (Chassan et Tausin, R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
584. PSALLAM DEO MEO QUANDIU FUERO : inscription latine sur la grosse cloche de l'église de Valoreille (Doubs), fondue en 1888 (« Dictionnaire des communes du Doubs », t. VI, p. 3247).
585. PUGNAT, VIGILAT : devise latine de la noble famille Bernard de Montessus.
586. PUR COMME L'OR, PROMPT COMME L'AIGLE (alias PUR COMME L'OR, PROMPT COMME L'ÉCLAIR) : devise de la famille suisse de Blonay qui posséda le château et la seigneurie de Joux en Franche-Comté. Elle évoque les armoiries de cette maison qui portent un lion d'or (d'où « pur comme l'or »), rapide comme un aigle ou un éclair (N.B. : voir le dessin de cet écu dans « Le Château de Joux » du même auteur et al., fig. 8, p. 32 h.t.).
587. QUÆ SEMINA VERIT HOMO, HAEC ET METET (alias QU� SEMINAVERIT HOMO HOEC ET METET): devise latine de Mgr Thomas Marie Joseph (dit Thomas) Gousset, né à Montigny-les-Cherlieu (Haute-Saône) le 01.05.1792, + le 22.12.1866, neuvième des treize enfants de Thomas Gousset et de Marguerite Bournon. Ordonné prêtre le 22.07.1817, professeur de théologie au séminaire de Besançon (Doubs) en juin 1818, auteur de plusieurs ouvrages, vicaire général de Mgr de Rohan en 1831, évêque de Périgueux par ordonnance royale du 5 octobre 1835 puis archevêque de Reims du 25.05.1840 à sa mort, créé cardinal par le pape Pie IX en 1850 (« Annales franc-comtoises »,, janvier 1867, abbé Loye, « Histoire de l'Eglise de Besançon », tome VI, p. 311 et suiv., Dictionnaire des Communes de la Haute-Saônen tome IV, p. 185, Chassan et Tausin).
588. QUALIS AB INCEPTO (Tel j'ai commencé, tel je finirai) : devise latine de la noble famille de Montalembert qui posséda le château de Maîche (Doubs).
589. QUAM FORO EGO CASTRIS � : devise de Nourrisson, conseiller à la Cour royale de Besançon (Doubs) (Antoine Maire, « Ex-libris comtois »).
590. QUAND BAUFFREMONT VINT EN COMTÉ, IL TROUVA LES RICHES DE SCEY, AVEC LES FOUS DE CHISSEY, ET LES PAUVRES DE CROSEY : adage de la famille de Bauffremont (Chassan et Tausin).
591. QUANTUM POTES TANTUM AUDE (Ose autant que tu peux) : devise latine d'Emile Charles Raymond Pirolley, né à Besançon (Doubs) en 1898, évêque de Mende (Lozère) le 27.03.1951, évêque de Nancy (Meurthe-et-Moselle) du 26.01.1957 à 1971
592. QUEBRAR ANTESQUE DEPLEGAR (alias QUEBRAR ANTES QUE DE PLEGAR) : devise latine de la noble famille Mayrot de Mutigney (Annuaire du Jura, 1862, p. 166 ; J. de Champeaux).
593. QUE DIEU VOUS DONNE SA PAIX ET SON AMOUR : inscription gravée le 01.05.1793 sur un calvaire à Scye (Haute-Saône), sur la route de Montigny
594. QUE LA PASSION SOIT MA RAISON : devise de Jean-Paul Laurent (Doubs) (« Armorial du XX° s. »).
595. QUI DENFERT A., ENFER N'A : devise de la famille Denfert-Rochereau, originaire de l'Angoumois. L'un de ses membres s'est illustré dans la défense de la ville de Belfort. Il a donné son nom à une place parisienne (ornée du lion de Belfort) et à une station de métro (Chaix d'Est-Ange) (jeu de mot construit autour du patronyme).
596. QUID QUID AGIS SAPIENTER AGE ET RESPICE FINEM (Quoi que tu fasses, agis sagement et considère la fin) : devise latine de la noble famille Lulier, gravée sur au sommet de trois colonnes de son hôtel particulier à Besançon (Doubs), 91, Grande-rue (à droite, en entrant dans la cour de l'actuel hôtel Régina)
597. QUI SE MESURE DURE BEAUJEU : une des devises de la famille féodale de Beaujeu citée dès 1083. Voir aussi À BEAU JEU, BEAU JEU, À TOUT VENANT BEAUJEU.
598. QUI SEMINAT IN BENEDICTIONIBUS : devise latine inscrite au-dessus du portail du Grand Séminaire de Besançon (Doubs) (celui qui est évoqué dans le roman « Le Rouge et le Noir » de Stendhal), 20, rue Mégevand, construit par l'archevêque Antoine-Pierre de Grammont.
599. QUI S'Y FROTTE S'Y PIQUE : devise de la noble famille de Laubépin, par allusion à la plante homophone, l'aubépine (J. de Champeaux).
600. QUI S'Y FROTTE S'Y PIQUE : devise de la famille féodale de Rosières citée dans la baronnie de Belvoir (Doubs) dès 1202. Un descendant de cette famille fit ériger ses seigneuries en marquisat de Sorans en 1686 (R. de Lurion) La devise fait allusion au nom.
601. QUI TROP HAUT EST MONTÉ N'EST PAS EN ASSURANCE, CAR IL TOMBE SOUVENT SANS QU'IL Y PENSE : sentence gravée avec le chronogramme 1686 sous les fenêtres du premier étage du 62, rue Battant à Besançon (Doubs).
602. QUI VEUT BEAUX FRUITS TAILLE COURT : devise de la commune de Taillecourt (Doubs) dont les armoiries sont « écartelé : au 1, de sable à une main fermée d'argent posée en pal, mouvante de la pointe, surmontée d'une étoile à six rais d'or ; au 2, de gueules à deux bars adossés d'or ; au 3, d'or à un arbre arraché au naturel ; au 4, d'azur à une main d'or vêtue de gueules, tenant un coupeau (serpette) de vigneron d'argent » (archives de l'auteur).
603. QUO DEUS VULT : devise latine de la famille Babey (Pidoux de La Maduère).
604. QUO DEUS VOCAT, SEQUOR (alias QUOD DEUS VOCAT SEQUAR) (Dieu appelle, je viens) : devise latine de la famille Bresson (J. de Champeaux).
605. QUO.FATA.TRAHUNT : devise latine inscrite sur une plaque de cheminée de la maison Robardey à Urtière (hameau de la commune de Neuchâtel-Urtière, Doubs) avec le chronogramme 1602. Cette plaque provient de l'ancienne demeure des Robardey construite au pied du château de Neuchâtel et aujourd'hui en ruines (B. Mériot, op. cit., p. 170).
606. QUO FORTIOR EO DITIOR : devise latine de la noble famille Richard de Béligny, possessionnée dans le nord de la Franche-Comté au XVIII° siècle (citée dans �Histoire de l'église de Chaux-les-Châtillon et de sa paroisse » du même auteur, et par Chassan et Tausin).
607. QUOIQU'IL SOIT LALLEMAN (alias L'ALLEMAN) : devise de la famille Lallemand de Vaite (Chassan et Tausin).
608. QUO TUTIUS, EO MELIUS (alias QUO TUTIUS, QUO MELIUS) : devise latine de Claude Cabet, cogouverneur de la cité impériale de Besançon.
609. RAIVISE T'EN (Souviens toi) : devise en patois sur le fronton de la salle des mariages de la mairie de Brognard (Doubs).
610. RANCUNIEUX DE FERTANS : adage de la famille féodale de Fertans (Chassan et Tausin).
611. RAPIDE PRÆTERIT (L'heure passe vite) : une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
612. REBELLE DE CHAFFOY : adage de la famille féodale de Chaffoy, citée dès 1050, existant encore aux Pays-Bas. Un des membres de cette famille, Bénigne de Chaffoy, fut cogouverneur de la cité impériale de Besançon (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté).
613. RECIT ATQUE MICAS : voir plus loin REGIT ATQUE MICAS.
614. RECTE ET FORTITER : devise latine de Charles Adolphe Guillemin, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
615. RECTE ET FORTITER : devise latine de l'abbé Calf, conseiller-clerc au Parlement de Franche-Comté au XVIII° s. (gravée avec ses armoiries sur un calice de la cure de Pirey (Doubs) dont il était titulaire).
616. RECTE FACTI FECISSE MERCES (alias RECTE FAUTI FECISSE MERCES) : devise latine de Hugues Henry, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Corre, « Corpus de jetons armoriés de personnages français », 1990, J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
617. RECTO TRAMITE : devise latine de Richard d'Orival, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) en 1644, 1645 et 1668 (jetons de cogouverneur, 1665 et 1666). La famille d'Orival, originaire de Normandie, se fixa à Besançon au début du XVI° s. L'hôtel particulier de cette famille patricienne a été transformé en hôtel de caractère (« Le Castan »), square Castan. Ses armoiries étaient de gueules à trois fasces d'argent (alias : d'or). Voir plus haut sa devise grecque.
618. REGIA SECURUS IRA (alias REGIA SECUTUS VIA) : devise latine de noble Philippe Eugène Chifflet, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
619. REGIT ATQUE MICAS (Il règne et il brille) : devise latine de François Billerey, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) en 1667-1669 (Rolland, dans son « Supplément à l'Armorial de Rietstap » donne la variante erronée RECIT ATQUE MICAS).
620. RELIGIO ET JUSTITIA ÆTERNA URBIS FATA (La religion et la justice sont le destin éternel de la cité) : devise latine de la ville de Dole (Jura) par allusion à son rôle de capitale de la Franche-Comté, siège du Parlement de cette province jusqu'à sa conquête par Louis XIV).
621. RELIGIO NOBILITATUS DECUS : devise latine accompagnant les armoiries de l'abbaye de Gigny (Jura).
622. RENOM DE BEAUJEU : adage de la famille féodale de Beaujeu citée dès 1083 (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »). Voir aussi À BEAU JEU, BEAU JEU, À TOUT VENANT, BEAUJEU, QUI SE MESURE DURE BEAUJEU
623. RERUM PRUDENTIA VICTRIX (La prudence est victorieuse de toutes choses) : devise latine de la famille Gillaboz, d'Arbois (Jura), citée dès le début du XIV° siècle (R. de Lurion).
624. RES ET VIRTUS (Des Actes et du Courage) (alias REX ET VIRTUS) (Le Roi et le Courage) : devise latine de la noble famille Alviset de Maizières (J. de Champeaux, Bessas de La Mégie, « Légendaire de la Noblesse de France », 1865).
625. RESPICE FINEM : devise latine d'Etienne Montrivel, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs). Cette sage devise est aussi portée par des familles de Belgique, d'Angleterre, de Saxe, de Prusse, etc.
626. RIBAUDERIE DU VERNOIS : adage de la famille du Vernois (J. de Champeaux).
627. RICHE COMME LES LORAY : devise de Jean-Baptiste Malarmey, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
628. RICHES DE CHISSEY : dicton de la famille féodale de Chissey (Chassan et Tausin).
629. RICHES DE SCEY : dicton de l'antique et noble famille de Scey (Chassan et Tausin).
630. RIEN NE M'ESMAYE : devise de la famille de Mesmay (alias Demesmay), le verbe émailler signifiant étonner en ancien français (Chassan et Tausin).
631. ROBERIE DE CHALON : dicton et adage de l'antique famille de Chalon (J. de Champeaux).
632. ROBUR ET DECUS : devise latine de noble Antoine Richard de Boussières, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
633. ROI NE PUIS, PRINCE NE DAIGNE, ROHAN SUIS : devise altière d'une antique maison qui a donné Louis François Auguste de Rohan, cardinal, archevêque de Besançon (Doubs) de 1829 à 1833 (J. Gauthier, « Armorial des Archevêques de Besançon »).
634. SAGESSE DE MOLPREL : dicton de la famille féodale de Molprel alias de Molpré (J. de Champeaux, R. de Lurion).
635. STE MARIE MERE DE DIEU SOIT LA GARDE DE CE LIEU : invocation inscrite sur la plaque de cheminée de la maison Devaux, de Mathay (Doubs) avec le chronogramme 1691. Voir aussi DIEU SOIT BÉNY.
636. SAINT-JEAN ! SAINT-JEAN ! : cri de guerre de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Malte) ayant possédé plusieurs commanderies en Franche-Comté.
637. SALO SOLIQUE FAVENTE : devise latine de la noble famille Mareschal (J. de Champeaux).
638. SALVATI GLORIA CIVIS : devise latine de la noble famille Masson d'Authume
639. SANS DÉFAILLOIR (alias SANS DEFALLOIR) : devise de la famille féodale de Goux (alias de Rupt) (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France », R. de Lurion).
640. SANS FREING : devise francisée de la famille Franchet (d'Esperey)
641. SANS PEUR ! : cri de la famille de Mesmay (Olivier, Hermal, Roton, « Manuel de l'Amateur de Reliures armoriées françaises », J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 52-53).
642. SANS REPROCHE : devise de Philippe Boitouset de Vennans, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs). Sa famille est originaire de Quingey (Doubs) (R. de Lurion).
643. SANS REPROCHE : cri de la famille Malarmey de Roussillon (R. de Lurion). Voir aussi AMOR IN HONORE.
644. SANS VARIER (alias SANS VARIER, VERGY !) : devise de la famille féodale de Vergy (« Mémorial de la Noblesse », 1864, Chassan et Tausin).
645. SCEY CHANGER NE VEUT : devise de la famille princière de Scey-Montbéliard
646. SCOPUS VITAE DEUS (Dieu gardien de la Vie) : devise latine sur le linteau de la porte du presbytère de Rognon (Doubs) (1738) (« Dictionnaire des Communes du Doubs », V, p. 2752).
647. SCUTA COMBURET (alias : COMBURIT) IGNI (Rien ne résiste au feu = Rien ne résiste à Igny) : devise latine de la famille féodale d'Igny, branche de la maison de Montot, citée de 1266 à 1544, jouant sur le double sens d'IGNI (Chassan et Tausin, « Dictionnaire des Communes de la Haute-Saône », III, p. 294). N.B. : Cleradius d'Igny mourut en 1532 ne laissant que des filles, l'aînée, Guillemette, épousant Claude de La Baume-(Montrevel).
648. SECUNDUM VOLUNTATEM DEI (Selon la Volonté de Dieu) : devise latine figurant au revers d'un daldre (monnaie) de Louis Frédéric, duc de Würtemberg et comte de Montbéliard (Doubs) avec la date 1622.
649. SELON LE TEMPS VAUCHARD (vaut cher) (alias : SELON LE TEMPS VAUT LE CHAR ou CELON LE TAMPS VAULCHARD) : devise de la famille Vauchard, de Salins (Jura), installée à Gray (Haute-Saône), citée aux XV° et XVI° siècles (J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté », R. de Lurion, Chassan et Tausin).
650. SEMPER AMICIS HORA (C'est toujours l'heure pour des amis) : devise latine inscrite sur un cadran solaire à Navenne (Haute-Saône).
651. SEMPER IDEM (Toujours le même) : devise latine de Bon Monnier, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (R. de Lurion, J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
652. SEMPER IDEM ET UBIQUE (Toujours le même et en tout lieu) : devise latine de la noble famille Hugon d'Augicourt de Poligny (R. de Lurion).
653. SEMPER IMMACULATÆ (Toujours sans tâche) : devise latine de la famille Guyot de Maîche (Quentin, « Ex-libris anonymes », 1907, J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., 2° série, n° 319).
654. SEQUITUR FORTUNA LABOREM : devise latine gravée dans le château de Delle (Territoire de Belfort) avec le chronogramme 1581 et deux écussons bouchardés (B. Mériot, « Les Inscriptions dans l'ancien Comté de Montbéliard et des Seigneuries limitrophes », Montbéliard, 1912, p. 102).
655. SEULES COMPTENT LES HEURES GAIES : devise inscrite sur un cadran solaire à Besançon (Doubs) (Suagher, Perroud , Marchand, « L'heure au soleil � Cadrans solaires en Franche-Comté », p. 83).
656. SIBI SOLI SOLA MERCES HONOR : devise latine de noble Claude de Lisola, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (jeu de mot �li Sola-Lisola).
657. SIC CLAM ET PALAM (alias SI CLAM ET PALAM) (Aussi bien en cachette qu'ouvertement) : devise latine de la noble famille Garnier de Falletans (J. de Champeaux ; Annuaire du Jura, 1862, p. 158).
658. SIC FULTA VIREBIT : devise latine de Thomas Varin d'Audeux, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
659. SIC PONDERE PALMA RESURGIT : formule latine inscrite, avec le chronogramme 1590, sur le linteau d'une porte de Besançon (Doubs), 1, rue Claude Pouillet.
660. SIC SPERA UT METUAS : devise latine de l'ancienne famille Despotot (alias Despotots ou des Potots), de Besançon (Doubs).
661. SICUT COLUMBÆ SICUT SERPENTES (Comme la colombe, comme le serpent) : devise latine de la famille Chifflet qui possède un serpent d'or se mordant la queue dans ses armoiries.
662. SICUT COLUMBÆ SICUT SERPENTES (Comme la colombe, comme le serpent) : devise latine de la famille Coulon dit Naudin (qui porte la même devise que la famille Chifflet).
663. SICUT DESIDERAT CERVUS FONTES AQUARUM (alias SICUT DESIDERAT CERVUS AD FONTES AQUARUM) : devise latine de la noble famille de Boigne, de Savoie, installée en Franche-Comté dès le XIV° siècle (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
664. SIC VISUM SUPERIS (Ainsi l'ont voulu les dieux) : devise latine de Nicolas Perrenot de Granvelle (1486-1550), le plus fameux des cogouverneurs de la cité impériale de Besançon (Doubs), chancelier de l'empereur Charles Quint (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »). On la retrouve à Besançon (Doubs) sur les pilastres du premier étage du palais Granvelle. Voir plus haut DURATE.
665. SI FERT NON CADET : devise latine de la noble famille de Siffrédy (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique ») (jeu de mot avec le patronyme).
666. SI IN PUTEO, ETIAM IN FONTE SALUS : devise latine de Simon Renard, ambassadeur de l'empereur Charles Quint (Chassan et Tausin).
667. SI LES BALLES ME TOURMENTENT, LES ÉTOILES ME CONTENTENT : devise de la famille Balland de La Bretenière, de Vesoul (Haute-Saône) et de Dole (Jura), les balles faisant allusion à son patronyme et les étoiles à celles qui ornent ses armoiries (Chassan et Tausin, R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
668. SIMUL ET SEMPER (Ensemble et toujours) : devise latine de la famille Paguelle de Follenay (Chassan et Tausin).
669. SINE LABE (Sans peine) : devise latine de la noble famille Labbey de Billy, originaire de Normandie, installée en Franche-Comté en 1580 (Esquieu, « Notes pour un devisaire normand », R. de Lurion) (jeu de mot avec le patronyme).
670. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM EX HOC NUNC ET USQUE SAECULUM (Que le nom du Seigneur soit béni maintenant et pour les siècles) : inscription latine de 1684 sur une cloche de l'église de Villeparois (Haute-Saône).
671. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM IN SAECULA (Que le nom du Seigneur soit béni dans les siècles) : devise latine inscrite sur le linteau d'une fenêtre du premier étage de la maison Guinchard, d'Étalans (Doubs).
672. SOLA NUNQUAM MERGET VIRTUS (alias SOLA NUNQUAM MARCET VIRTUS) : devise latine de Jean Bouquet, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) en 1623-1626 (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
673. SOLEIL DIEU : devise inscrite sur un cadran solaire à Authume (Jura).
674. SOLE NITENTE LOQUOR TACEO SINE SOLIBUS HORAS. TU NISI FORTE POTES DICERE VERA TACE (Lorsque le soleil brille je parle, sans soleil je me tais. Toi-même, si d'aventure, tu ne peux pas dire la vérité, tais-toi) : devise latine inscrite sur le cadran solaire de la chapelle de l'ancien couvent eudiste, dans la cour intérieure du lycée Pasteur de Besançon (Doubs). Ce cadran, abondamment sculpté, a été construit en 1869 et l'auteur de sa devise est l'abbé Pioche.
675. SOLI DEO HONOR (Honneur à Dieu seul) : devise latine de Claude Constant Marin Flusin, évêque de Saint-Claude (Jura) le 31.08.1948
676. SOLI DEO HONOR ET GLORIA (À Dieu seul honneur et gloire) : devise latine inscrite avec le chronogramme 1707 au linteau du portail de l'église de Saulnot (Haute-Saône).
677. SOL LUCET OMNIBUS (Le soleil luit pour tous) : devise latine ornant un cadran solaire à Doubs (Doubs).
678. SOL ORITUR CADIT ET LUSTRATIS EVOLAT HORIS AT NOBIS IMMOTO SISTITUR ORBE DIES (Le soleil se lève, se couche, prend son envol au fil des heures, mais pour nous, le jour semble un cercle immobile) : devise latine écrite par l'abbé Pioche vers 1870 et gravée dans l'église Saint-François-Xavier, rue Mégevand (N.B. : cette inscription a disparu mais elle avait été relevée et publiée par B. de Rivières).
679. SONNE HAUT, CLAIRON, POUR L'HONNEUR DE TA MAISON ! : devise de la famille féodale de Clairon (jeu de mot avec le patronyme).
680. SORS UNA SCELERUM NESCIA : devise latine de Jean Frédéric Fiard, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
681. SOUMISSION AUX LOIX (sic) : Inscription sur la Porte Saint-Pierre (façade du côté de la rue de la République) à Pontarlier (Doubs).
682. SOUVENIR TUE BOUTON (alias LES SOUVENIRS TUENT BOUTON) : devise de Claude Bouton, chambellan de l'empereur Charles Quint. Plusieurs branches de cette maison, originaire de Bourgogne, se sont établies en Franche-Comté aux XV° et XVI° siècles (J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté », Palliot, « Généalogie de la maison de Bouton », Dijon, 1671).
683. SPES IN CRUCE (Mon espérance est dans la Croix) : devise latine de César Joseph Marpot, évêque de Saint-Claude (Jura) le 27.02.1880
684. SPES IN VIRTUTE ET A DEO SALUS : devise latine de la noble famille Belon d'Aligny, de Besançon (Doubs) (Ex-libris : catalogue de Madame Meyer-Noirel et divers).
685. SPES MEA (Mon espérance) : devise latine de François Alexandre Maillet, évêque de Saint-Claude (Jura) le 24.03.1898.
686. SPES MEA DEUS (Dieu est mon espérance) : devise de la famille Gauthiot d'Ancier, gravée dans son hôtel construit à Gray (Haute-Saône) par Guy Gauthiot (+ en 1507). Cette belle maison de la Renaissance servit de refuge en 1636 à saint Pierre Fourier, conseiller de Charles UV, duc de Lorraine. Voir aussi AUDI, VIDE, TACE � SI DEUS PRO NOBIS, QUIS CONTRA NOS.
687. SPES MEA DEUS (Dieu est mon espérance) : devise latine inscrite avec le chronogramme 1583 sur une maison de Champlitte (Haute-Saône).
688. SPES MEA DEUS (Dieu est mon espérance) : devise latine inscrite avec le chronogramme 1670 dans un des deux c�urs gravés sur une porte cochère de Villars-le-Pautel (Haute-Saône), l'autre portant les initiales V.V., les deux c�urs accostant un écu chargé d'un heaume et d'un fusil.
689. SPIEGLERIE DE LOMBART (Espièglerie de Lombart) : adage de la famille Lombard alias de Lombard (J. de Champeaux).
690. STAT TANTIS CUSTODIBUS ÆQUUM : devise latine de Claude (II) et Claude (III) Chassignet, cogouverneurs de la cité impériale de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
691. STET DOMUS HEC DONEC FLUCTUS FORMICA MARINOS � EBIBAT ET TESTUDO TOTUM PERAMBULET ORBEM (Que cette maison soit debout jusqu'à ce que la fourmi achève de boire les flots de la mer, et la tortue de parcourir toute la terre) : distique latin du XVI° siècle inscrit au cul-de-lampe de la tourelle d'une maison Renaissance à Baume-les-Dames (Doubs), à l'angle de la place de la Loi et de la place du général de Gaulle. Voir plus haut PAX HUIC DOMUI.
692. STUDIO ET LABORE (Zèle et Travail) : devise latine de Jean François Faure, né à Besançon (Doubs) en 1709, fils d'un banquier (dont la famille, originaire de Provence, n'arriva dans la capitale comtoise qu'à la fin du XVII° siècle), conseiller au Parlement de Besançon grâce à l'appui de son beau-père Belin, lui-même conseiller (Chassan et Tausin, Gresset, « Gens de Justice à Besançon », J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 143-144).
693. SUB ILLICE MAMERE : devise latine de la noble famille de Membrey installée en Bourgogne et en Franche-Comté (Comte de Puymège, « Les Vieux Noms de France », 1968).
694. SUB LEGE LIBERTAS (La Liberté soumise à la Loi) : devise latine de la noble famille Alviset de Maisières (Esquieu, « Notes pour un devisaire normand ») (N.B. : une branche de cette famille s'est installée en Normandie).
695. SUB UMBRA ALARUM TUARUM PROTEGE ME DOMINE (Protège-moi, Seigneur, à l'ombre de ton aile) : devise latine de la noble famille de Watteville, originaire de Suisse, qui a donné Jean de Watteville, fameux abbé de Baume-les-Messieurs (Jura) (Chassan et Tausin).
696. SUIS TUTA COLUMNIS : une des devises latines de la ville de Besançon (Doubs) (Chassan et Tausin). Voir aussi UTINAM.
697. SUM CRUCI CHRISTO CONFIXUS (Je suis cloué à la croix du Christ) : devise de l'ordre des capucins qui possédait plusieurs couvents en Franche-Comté (Chassan et Tausin).
698. SUNT FULMINA LUDUS (Les foudres sont un jeu) : devise latine de la Société de l'Arquebuse de Poligny (Jura), inscrite sur sa bannière sous une aigle de sable (A. Rousset, « Dictionnaire des Communes du Jura », tome V, p. 285).
699. SUNT MIHI IN CUSTODIAM (Ils sont en ma garde) : devise latine de la noble famille de Foudras (« Mémorial de la Noblesse », 1864).
700. SUPREMA HAEC MULTIS FORSAN TIBI (Pour beaucoup, c'est l'heure suprême, c'est peut-être la tienne) une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
701. TANT A SOUFFERT LA MARCHE : devise de la famille de La Marche, originaire de Bourgogne et installée en Franche-Comté. Le chroniqueur Olivier de La Marche, fils de Philippe de La Marche, capitaine-châtelain et gouverneur du château de Joux, fit ses études au collège de Pontarlier. Il demeurait dans la maison qui sert actuellement de musée municipal, Place d'Arçon (R. de Lurion, Jules Mathez, « Annales de Joux », J.M. Thiébaud et al., « Le Château de Joux »).
702. TANT QUE LE MONDE SERA (alias : RESTERA) MONDE, À MAILLE IL Y AURA DES ONDES : devise de la famille de Mailley qui porte en armoiries : « de gueules à trois fasces ondées d'or » (généalogie dans le « Nobiliaire de Franche-Comté » de Dunod de Charnage, p. 270).
703. TECUM HABITA � NISI DOMINUS : inscription latine tirée des Psaumes et inscrite en deux parties sur les linteaux de deux façades de la maison donnant sur les rues Renan (n° 39) et de la Vieille Monnaie à Besançon (Doubs) avec le chronogramme 1751.
704. TE DEUM LAUDAMUS (Dieu, nous te louons) : inscription latine sur une cloche de 1563 de l'église de Saint-Valbert (Haute-Saône). Cette cloche provient de l'ancien ermitage situé au nord du village.
705. TE DEUM LAUDO (Dieu, je te loue) : inscription latine de 1760 sur une cloche de l'église d'Arc-les-Gray (Haute-Saône).
706. TEL QUI ME PENSA BATTER, CHE SE REPENT (alias TEL QUI ME PENSA BATTRE, QUI SE REPENT alias TEL SI ME PENSA BATTER QUI SE REPENT) : devise de la noble famille de Marenches, de Dole (Jura), qui donna de nombreux juristes et conseillers au Parlement du Comté de Bourgogne au XVI° siècle et Alexandre de Marenches, fameux patron des services secrets français au XX° siècle (Comte de Puymège, « Les Vieux Noms de France », 1968 ; R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté », p. 483).
707. TEMPORA MUTANTUR ET NOS MUTAMUR IN ILLIS (Les temps changent et nous changeons avec eux) : inscription latine du XVI° siècle inscrite au cul-de-lampe de la tourelle d'une maison Renaissance à Baume-les-Dames (Doubs), à l'angle de la place de la Loi et de la place du général de Gaulle. Voir plus haut PAX HUIC DOMUI.
708. TEMPORA MUTANTUR ET NOS MUTAMUR IN ILLIS (Les temps changent et nous changeons avec eux) : inscription latine sur un cadran solaire de Pontarlier (Doubs), grande-rue, restauré en 1994.
709. TEMPORA TEMPORE TEMPERA (Tempère l'amertume des temps par le temps) : inscription latine au-dessus de la porte d'entrée d'une maison de la rue d'Alsace-Lorraine à Vesoul (Haute-Saône).
710. TEMPUS FUGIT (Le temps fuit) : devise latine inscrite sur un cadran solaire de Salins-les-Bains (Jura).
711. TIBI UT ALIIS IMPERA (S'impose à vous et aux autres) : devise latine de la noble famille Crevoisier de Vomécourt, originaire de Lorraine, dont une des branches s'est installée à Pontarlier (Doubs) et y acquis le grand « Hôtel de la Poste », grande-rue (actuelle rue de la République). Le baron Jean de Vomécourt, issu de cette branche, est mort en déportation.
712. TIRE DROIT (alias TIRE DROICT) : devise de la famille Pillot de Chenecey (Bessas de la Mégie, « Légendaire de la Noblesse de France », 1865).
713. TOT CAPITA, TOT SENSUS (Autant de têtes, autant de manières de voir) : devise latine de Jacques Nasey (ou Naisey), cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
714. TOUJOURS EN BON LIEU ! : devise de la famille Charnage, de Saint-Claude (Jura) puis des Dunod de Charnage qui a donné un historien anobli le 01.04.1734 par l'abbé de Saint-Claude, cette noblesse étant ensuite confirmée par Louis XV (J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté »).
715. TOUJOURS EN BON LIEU ! : devise de la famille de La Tour-Saint-Lupicin (R. de Lurion). Voir aussi ARMIS ET TAUGA (alias ARMIS ET TOGA).
716. TOUT À LOYSIE (alias TOUT À LOYSIA) : devise de la famille de Loysia (« Mémorial de la Noblesse », 1864).
717. TOUT BIEN VIENNE (alias TOUT BIEN À VIENNE) : devise de la famille de Vienne qu'on peut traduire aussi par « Tout bien advienne ») (Rolland, « Supplément à l'Armorial de Rietstap », R. de Lurion).
718. TOY QUI REGARDE QUELLE HEURE IL EST, DONNE TOI GARDE, LA TIENNE Y EST : devise inscrite sur un cadran solaire de 1607 dans la haute vallée de la Saône à Scey-sur-Saône (Haute-Saône) (Suagher, Perroud, Marchand, « L'heure au soleil � Cadrans solaires en Franche-Comté », p. 46-47).
719. TRANSIIT VITA PEREGRINANDO : devise latine de la noble famille de Buyer (maîtres de forges) (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »).
720. TREMBLEZ DEVANT MON SANCTUAIRE : inscription sur le linteau de la porte d'entrée de l'église d'Ouvans (Doubs) avec le chronogramme MDCCCXLI.
721. TRIPLEX VICTORIA FLAMIS (Trois fois vainqueur des flammes) : devise latine de la ville de Gray (Haute-Saône).
722. TRIPLICI CORNU NOTUS (Connu pour ses trois cornes) : devise latine de la noble famille de Tricornot du Trembloy (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique », R. de Lurion).
723. TRISTIS EST SINE SOLE DOMUS (La maison est triste sans soleil) : devise latine inscrite sur le cadran solaire qui orne la façade de la maison d'un notaire à Pesmes (Haute-Saône).
724. TROP ME TARDE : devise de la famille féodale de Neufchâtel-(Bourgogne) (J. de Champeaux).
725. TU GLORIA JERUSALEM TU HONORIFICENTIA POPULI NOSTRI : inscription au-dessus et droite du portail de l'ancienne abbaye de Saint-Vincent, rue Mégevand, à Besançon (Doubs), au-dessus de la statue de saint Ferjeux.
726. TULLIT FURIOGERO ROMULA SCEPTRA TAGO : devise latine de l'empereur Charles Quint, comte de Bourgogne.
727. TU NOBIS IN LABORE LÆTITIA : cri de Charles Joseph Henri Binet, évêque de Soissons le 16.05.1920, archevêque de Besançon (Doubs) le 31.10.1927 (J.M. Thiébaud, « Lecture héraldique de l'abbaye de Montbenoît » et pierre sculptée à l'intérieur du porche d'entrée du grand séminaire de Besançon (Doubs), 20, rue Mégevand).
728. TUTUS HAEC ANCHORA PORTUS : devise latine de la famille Varin de Fontaine, de Besançon (Doubs) (Chassan et Tausin).
729. UBIQUE RECTUS : devise latine de la noble famille Seguin de Jallerange qui a donné un recteur de l'université de Besançon (Doubs) au XVIII° siècle, de nombreux juristes et conseillers au Parlement et un comte romain créé par bref pontifical de Pie IX en 1870 (R. de Lurion).
730. ULTIMA LATET (La dernière est cachée) : devise latine gravée avec le chronogramme 1791 sur une maison de Port-Lesney (Jura).
731. ULTIMA LATET (La dernière est cachée) : devise latine gravée avec un chronogramme incomplet sur la maison Fonclause de Santans (Jura).
732. ULTIMA LATET (La dernière est cachée) : devise latine gravée dans la cour intérieure de la maison Saint-Colomban, 14, rue V. Genoux à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône).
733. ULTIMA LATET (La dernière est cachée) : devise latine gravée sur la façade d'une maison de Vauconcourt Nervezain (Haute-Saône), route de Bétoncourt.
734. ULTIMA LATET (La dernière est cachée) : devise latine gravée avec le chronogramme 1806 sur la chartreuse de Vaucluse (Jura). N.B. : Ce cadran a disparu.
735. UMBRA VELUT FUGIMUS UNA (Comme l'ombre, fuyons-en une) : devise latine inscrite sur un cadran solaire de Scey-sur-Saône (Haute-Saône).
736. UNA DABIT QUOD NEGAT ALTERA (Ce que l'une refuse, l'autre vous l'apporte) : une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
737. UN FEU SI MAL ETEINT AISEMENT SE RALLUME : devise figurant sur une plaque de cheminée conservée au musée de Montbéliard (Doubs) avec le chronogramme 1745.
738. UNDIQUE NOS TUERE : devise de la ville de Lure (Haute-Saône).
739. UNE CROIX GRAVÉE DANS MON C�UR : inscription sur le linteau d'une porte de Voray-sur-l'Ognon (Haute-Saône) avec le chronogramme 1726.
740. UNE FOIS FALLETANS (alias UN JOUR FALLETANS) : devise de la famille féodale de Falletans (Jura), connue dès 1182 et éteinte en 1848 (Chassan et Tausin, R. de Lurion).
741. UN JOUR FALLETANS : voir ci-dessus UNE FOIS FALLETANS.
742. UNUS DOMINUS, UNA FIDES (Un seul Seigneur, une seule Foi) : inscription latine sur un bas-relief Louis XVI représentant le baptême du Christ dans l'église de Morey (Haute-Saône) (« Dictionnaire des Communes de Haute-Saône », IV, p. 232).
743. UTERE DIGNE MERITO (Profite d'un juste mérite) : inscription sur un stylet découvert près d'une villa romaine à Roche-et-Rocourt (Haute-Saône)
744. UTERE PRÆSENTI (Profite de l'instant présent) : une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
745. UTINAM (Plût à Dieu) : devise latine de Besançon, utilisée aussi comme fer de reliure par la bibliothèque municipale du lieu (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 11), le collège des jésuites (ibid., n° 13-14). Voir plus haut PLÛT À DIEU. Voir aussi SUIS TUTA COLUMNIS.
746. UT LAURES MEOS URET LAURENS : devise latine de la noble famille Malarmey de Loray (Chassan et Tausin).
747. UT SOL VERSUS OCCASUM ITA DIES FUGIT (Comme le soleil (va) vers le couchant, ainsi fuit le jour) : devise latine inscrite sur un cadran solaire de 1853 à Labergement-Sainte-Marie (Doubs), 27, grande-rue. Elle surmonte une seconde inscription (et la date 1951) : DE L'ORIENT A L'OCCIDENT LE NOM DU SEIGNEUR SOIT LOUÉ).
748. UTRIMQUE LIBERA : devise latine de la ville de Besançon (Doubs) en 1665 (Chassan et Tausin). Voir aussi UTINAM.
749. VADE RETRO SATANAS VOX MEA CUNCTORUM SIT TERROR DAEMORORUM (En arrière Satan, �) : inscription latine sur une cloche de l'église de Fondremand (Haute-Saône), fondue en 1679.
750. VAILLANTISE DE RUPT : dicton de la famille féodale de Rupt connue depuis le XII° siècle (Chassan et Tausin, R. de Lurion).
751. VALOR, VIRTUS ET FIDES (Valeur, courage et foi) : devise latine de la famille de Caix ( ?) de Saint-Amour (Chassan et Tausin).
752. VANITÉ DE SCEY : dicton de la famille féodale de Scey (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique », R. de Lurion).
753. VARAX ! : cri d'armes de la famille de Varax (Chassan et Tausin). Parmi les personnages de cette maison, citons Hugues de La Pallu, chevalier, comte de Varax, vicomte de Salins (Jura), maréchal de Savoie, lieutenant-général du roi en Dauphiné, mort en 1502, et son fils Jean-Philibert de La Pallu, chevalier de l'Ordre de Savoie, comte de Varax et de La Roche (Saint-Hippolyte, Doubs), vicomte de Salins et lieutenant-général pour le duc de Savoie au gouvernement de Bresse (A. Rousset, V, p. 368).
754. VARIOLIS INSTITUTIONE DOMITIS : devise latine du docteur Girod de Resnes qui pratiqua des dizaines de milliers de vaccinations contre la variole (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »).
755. VEL AVULSÆ FRONDESCUNT (Même arrachés, ils fleurissent) : devise latine de la famille Le Bas du Plessis et Le Bas de Bouclans, installée en Normandie et en Franche-Comté (Esquieu, « Notes pour un devisaire normand », Bessas de la Mégie).
756. VELUT UMBRA FUGIT HOMINUM VITA (La vie de l'homme fuit comme l'ombre) : devise inscrite sur le presbytère de Dommartin (Doubs) avec le chronogramme 1777.
757. VENEZ ENFANS. ESCOUTEZ MOI � JE VOUS ENSEIGNERAY LA CRAINTE DE L'ETERNEL : extrait des Psaumes (34, 12) inscrit sur le linteau de la porte de l'école protestante d'Héricourt (Haute-Saône) avec le chronogramme 1669 (N.B. : cette pierre est conservée au musée Minal).
758. VENI, VIDI, DEUS VICIT (Je suis venu, j'ai vu et Dieu a vaincu) : devise latine de l'empereur Charles Quint, comte de Bourgogne (Chassan et Tausin). Elle représente une christianisation de la formule fameuse de Jules César.
759. VENITE ET ADORATE DOMINUM (Venez adorer le Seigneur) : inscription latine du XVIII° siècle sur le fronton de l'église paroissiale de Villersexel (Haute-Saône).
760. VENITE GENTES ET ADORATE DOMINUM (Venez adorer le Seigneur) : inscription latine sur un cartouche au-dessus du portail de l'église de Baulay (Haute-Saône) (vers 1782)
761. VENITE GENTES ET ADORATE DOMINUM (Venez adorer le Seigneur) : inscription latine sur l'église d'Équevilley (Haute-Saône) (vers 1787, date de la fin de sa reconstruction).
762. VENITE GENTES ET ADORATE DOMINUM (Venez adorer le Seigneur) : inscription latine sur l'église de Gevigney-et-Mercey (Haute-Saône) avec le chronogramme 1790.
763. VERE REGIUM MAGNIQ. ANIMO EST AUDIRE MALE QUOD FECIRE BENE (C'est vraiment d'un esprit loyal et grand que d'entendre dire du mal de ce qu'on a fait de bien) : devise latine gravée sur l'hôtel Jouffroy, de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
764. VERGY NOTRE-DAME ! (alias VERGY À NOSTRE DAME !) : cri de la famille féodale de Vergy (Chassan et Tausin).
765. VERTU POUR GUIDE ; devise de la famille féodale de Saint-Mauris (Chassan et Tausin).
766. VEXILLUM PANDO SACRUM POE CERNE VIATOR SIC NUM GRANDE CRUCIS DAMNA TREMENDA PREMIT- EN ENTRANT ET SORTANT DE CE PONT EST LA CROIX QUI SE FAIT ADORER DES CAESARS ET DES ROYS, ETENDART ÉRIGÉ DU RÉDÊPTEUR (RÉDEMPTEUR) DU MONDE ET TRIOMPHE DE TOIT SUR LA TERRE, SUR L'ÔDE (ONDE) � Par le S�ur André Pellecier Balmând de Port sur Saône l'an MDCCXVIII (1718) : inscription sur le socle d'une croix érigée à l'entrée du pont de Port-sur-Saône (Haute-Saône). Voir aussi MALHEUR À VOUS, ARISTOCRATES.
767. VIGILAT ET CUSTODIT (Il veille et protège) : devise du Parlement de Dole (Jura) (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 29-30, Antoine Maire, « Ex-libris comtois »).
768. VIGILAVIT VIRTUS CUSTODIVIT HONOR DAMASCUM (alias VIG. VIR. CUS. HON.DAM. traduit aussi par VIGILANTIA VIRTUTIS CUSTODIT HONOREM DAMBELIYIORUM ou VIGILO, VIERCO, CUSTODIO, HONORO, DAMNO) : devise latine de la noble famille d'Ambly installée en Champagne et en Franche-Comté (Chassan et Tausin, Bessas de la Mégie, « Légendaire de la Noblesse de France »).
769. VINCENTI : devise latine de la famille Besancenot de Cendrecourt (« Ex-libris : Catalogue de Madame Meyer-Noirel et divers »).
770. VINCIT IN BONO MALUM : une des devises latines de la noble famille Lallemand (de Vaite), de Dole (Jura) (R. de Lurion). Voir aussi PER VARIOS CASUS LALEMAND.
771. VINCIT PATIENTIA FORTEM (La patience vainc la force) : devise de la famille Charreton du Pin (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »).
772. VIRTUS CUM PIETATE JUNCTA (Le courage est joint à la piété) : devise latine de la noble famille Jouffroy d'Abbans (Bessas de la Mégie, « Légendaire de la N



[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr