Index des noms de famille dans les ouvrages de Jean-Marie Thiebaud

Il y a eu 5547855 visiteurs et 6176132 pages vues depuis le 7/12/2005.




Articles: CRIS DE GUERRE, DEVISES ET ADAGES DE LA FRANCHE-COMTE (1)


        Option avancées ...

 Titre: CRIS DE GUERRE, DEVISES ET ADAGES DE LA FRANCHE-COMTE (1)
 Ecrit par: Jean-Marie Thiébaud

  CRIS DE GUERRE
DEVISES
ET
ADAGES
DE
FRANCHE-COMTÉ


Quod nos non occidit, nos fortiores facit (Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort).

Plusieurs en un et un en plusieurs.




Les devises traduisent des informations fort utiles sur la psychologie et la sociologie des peuples. C'est ainsi que Jean-Jacques Lartigue et Olivier de Pontbriand ont recensé, dans leur Dictionnaire, 35 devises européennes commençant par le mot « INDUSTRIA ». Toutes appartiennent à d'anciennes familles de Grande-Bretagne. Dans le royaume de France, 90% des habitants sont encore des ruraux en 1789.

Les devises qui fleurirent à la Renaissance éprouvèrent le besoin de se rattacher à l'Antiquité grecque et surtout latine.

CATALOGUE


1. À ARBOIS LE NOM, À PUPILLIN LE BON : devise qui souligne la qualité du vin de Pupillin (Jura). Voir aussi À ARBOIS LE RENOM, À PUPILLIN LE BON, ARBOIS LE NOM, PUPILLIN LE BON)
2. À ARBOIS LE RENOM, À PUPILLIN LE BON : variante de la devise précédente.
3. À BEAU JEU, BEAUJEU : une des devises de la famille féodale de Beaujeu citée dès 1083. Voir aussi À TOUT VENANT BEAUJEU, QUI SE MESURE DURE BEAUJEU.
4. AB ETERNO : devise latine parlante de la famille noble d'Eternoz (Doubs) alias d'Eterno.
5. ABSQUE TABE LINGUA : devise de Hugues Belin, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
6. ACCORTISE (alias ACCORDISE) DE SALINS : dicton de la famille féodale de Salins-la-Bande (R. de Lurion).
7. ACCUEILLANCE DE VILLERS : adage de la famille de Villers anoblie par Philippe le Bon en 1437 (R. de Lurion).
8. ACTA ET NON VERBA (Agir plutît que parler) : devise latine de Simon de Quingey, fils de Pierre de Quingey et de Béatrix de Rye, né en 1448, page de Charles le Téméraire, duc-comte de Bourgogne, capitaine du château de Quingey (Doubs), conseiller de Marguerite de Bourgogne, prisonnier de Louis XI. Pour armoiries, il portait « d'azu à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de gueules ». Son timbre couronné d'or était surmonté en cimier d'un vieillard au naturel. L'écu de ses armes était soutenu par deux anges (« Dictionnaire des Communes du Doubs », V, p. 2646).
9. AD AMUSSIM (Exactement) : devise latine de Daniel Chevanney, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs), qui portait un compas (autre symbole de la précision mathématique) dans ses armoiries. N.B. : Cette devise est également portée par les baronnets Dick-Cunyngham (Angleterre).
10. A DEO MEDICINA (À Dieu la médecine) : devise latine de la Société des Médecins, Chirurgiens et Apothicaires de Montbéliard (Doubs). Elle apparaît au-dessus de l'écu de la corporation (un creuset d'où sortent des plantes médicinales et un caducée, posé sur des flammes et accosté d'une fiole, d'une cornue et de bistouris), dans un triangle orné de l'�il de la Providence. Autour de ces emblèmes, s'enroule la légende SIGIL : MED : CHIR : ET PHARM :CIVIT :MONTISBELGARD : Ce sceau a été gravé en 1753 par l'orfèvre David Nicolas Scharffenstein (né vers 1715, + le 11.01.1770), demeurant à Montbéliard, rue de l'Aiguillon (Nardin et Mauveaux, « Histoire des Corporations »).
11. À DIEU PLAISE ou À DIEU PLAISE POLIGNY ou À DIEU PLAYSE POLIGNY (inscrite sur la Fontaine des Morts avec le chronogramme 1525) ou PLAISE À DIEU POLIGNY ou À DIEU PLÈSE POLIGNY (Annuaire du Jura, 1862, p. 143): devise de la ville de Poligny (Jura). Voir aussi DIEU AIDE POLIGNY.
12. ADJUVAT (alias : ADJUVET) DEUS PER MARIAM : devise latine d'Arthur Xavier Ducellier, archevêque de Besançon (Doubs) dès le 16.04.1887.
13. AD MEAM VOCEM FUGIANT ET CONTREMISCANT TARTARAE LEGIONES À ma voix, les légions de l'Enfer tremblent et s'enfuient) : inscription latine sur une cloche de Magny-les-Jussey (Haute-Saône), fondue en 1734.
14. AD SPENDIDA SURSUM (Debout pour les grandes choses) : devise latine de la famille féodale de Rye (de Rye de la Palud et de Rye de Varax).
15. A.E.I.O.U. (AUSTRIACORUM EST IMPERARE ORBI UNIVERSO alias AQUILA ELECTA JOVIS OMNIA VINCIT) (Il appartient à l'Autriche de dominer l'univers) : devise latine de Maximilien, Archiduc d'Autriche, comte de Bourgogne (Chassan et Tausin).
16. AEQUANIMITER : devise latine de Pierre Maréchal de Bouclans, gouverneur de la cité impériale de Besançon. Elle est également portée par des familles de la noblesse anglaise (Harbord of Suffield, Latham, Shuttleworth).
17. AERE SONANS GEMINAE REFERO DISCRIMINA VITAE ILLA MANET VELUT AES SONANS ISTA FUGIT (En sonnant, je rappelle deux vies distinctes, l'une immuable comme l'airain, l'autre qui s'envole comme le son) : devise latine inscrite sur une cloche fondue en 1695 pour l'église de Chauvirey-le-Châtel (Haute-Saône).
18. ÆTERNUM FOEDUS (Joint éternellement) : devise latine de Claude Jugnot, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
19. AFFÈTERIE DE BOUVEROT : adage de la famille de Bouverot.
20. AGE QUOD AGIS : devise de la famille de La Tour de Saint-Lupicin (Chassan et Tausin).
21. AGITATUS CRESCO : inscription latine gravée avec le chronogramme 1648 et des armoiries (un écu chargé de trois étoiles) sur le linteau d'un portail d'Augicourt (Haute-Saône).
22. AIDE-TOI : devise de la famille Courlet de Vregille.
23. AINSI JE FRAPPE : devise de Charles le Téméraire, duc et comte de Bourgogne (Chassan et Tausin).
24. À JAMAIS LAS D'ACHEY : voir JAMAIS LAS D'ACHEY.
25. À L'ABRI COTIER alias A L'ABRY COTIER : devise des armoiries parlantes de Jacques Coytier, de Poligny (Jura), médecin de Louis XI, roi de France (Annuaire du Jura, 1862, p. 152 ; Jean-Marie Thiébaud, « Les armes parlantes � »).
26. À LA GRÂCE DE DIEU (alias À LA GARDE DE DIEU) : devise de la famille de Lamartine, du Mâconnais et de Franche-Comté (Borel d'Hauterive, « Annuaire de la Noblesse de France »).
27. ALTRE TEMPI, ALTRE CURE (alias ALTRI TEMPI, ALTRE CURE) : devise latine d'Antoine Tinseau, capitaine-châtelain pour Sa Majesté de la seigneurie de Montfaucon (Doubs) et receveur de la seigneurie d'Arguel (Doubs) en 1581 (+ en 1601), fils d'un autre Antoine Tinseau, notaire et châtelain de Montfaucon en 1567 (R. de Lurion, J.M. Thiébaud, « Notaires et Tabellions de Franche-Comté »).
28. ALTUS COR LÆTUM : devise latine de la famille Courlet de Vregille.
29. AMABILITÉ D'ESTRABONNE : adage de la noble famille d'Estrabonne (antique maison citée dès 1090).
30. AMANTISSIMUS ÆQUI : devise latine de Claude Ambroise Philippe, né à Besançon (Doubs) le 05.01.1614, mort en août 1698, fils de Claude Antoine Philippe, cogouverneur, et de Perronne de Valimbert. Docteur ès droits, avocat à l'âge de 20 ans, juge de la Régalie en 1642-1645, anobli le 25.04.1646, cogouverneur de la cité impériale de Besançon à de nombreuses reprises entre 1645 et 1659, nommé avocat général au Parlement de Dole (Jura) le 16.07.1660, conseiller audit Parlement le 19.12.1660 (jetons de cogouverneur).
31. AMOR IN HONORE (L'Amour est dans l'Honneur) : devise latine de Maurice Malarmey, cogouverneur de Besançon. Elle fut reprise par tous les Malarmey de Roussillon (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 52). Voir aussi SANS REPROCHE (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
32. ANCIENNETÉ DE COURVIÈRES : adage de la famille féodale de Courvières (J. de Champeaux).
33. ANCRÉ D'AURICOURT : adage de la noble famille d'Oricourt ou d'Auricourt qui tirait son nom d'uin village de la prévôté de Montjustin (Haute-Saône) (R. de Lurion).
34. ANGELE DEI, CUSTOS SIS MEI : devise latine de Jean Jacques Antoine Marie Guerrin, né à Vesoul (Haute-Saône) le 31.12.1793, + en 1877, ordonné prêtre le 16.05.1818, professeur de rhétorique au séminaire de Luxeuil (Haute-Saône), sacré évêque de Langres (Haute-Marne) le 25.05.1852 (abbé Loye, « Histoire de l'Église de Besançon », tome VI, p. 323 et suiv.).
35. ANNONCER LA BONNE NOUVELLE : devise de Jean Bernard, évêque auxiliaire de Besançon (Doubs) le 04.12.1967, évêque de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 07.01.1972.
36. ANTE FERIT QUAM FLAMMA MICET : devise latine de Philippe de Bon, duc de Bourgogne, et de l'Ordre de la Toison d'Or qu'il créa en 1430.
37. ANTIQUA FORTIS VIRTUS : devise de la famille de Mesmay (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique »).
38. ANTIQUE, FIER ET SANS TACHE : devise de l'antique maison de Saint-Mauris-Châtenois (Annuaire du Jura, 1862, p. 172).
39. AQUILA ELECTA JOVIS OMNIA VINCIT : voir plus haut A.E.I.O.U.
40. AQUILA ET LEO (L'aigle et le lion) : devise de la famille Carondelet. Voir aussi NOSCE OPPORTUNITATEM.
41. AQUILA NON CAPIT MUSCAS (L'aigle ne prend pas la mouche) : devise latine de la République éphémère de Mandeure (Doubs) pendant la Révolution, du 15 avril 1792 au 24 octobre 1793. Elle figure sur le sceau de cette République avec une mouche aux ailes déployées.
42. ARBITAM, WODAN, LIUHOPHANG REJ KIM (Arrache l'héritage, Wotan; enlève la lumière aux Puissants, selon la traduction donnée dans le tome 1er du « Dictionnaire des Communes du Doubs », p. 148) : inscription runique (du V° siècle ?) sur une pierre découverte à Arguel (Doubs).
43. ARBOIS LE NOM, PUPILLIN LE BON (alias À ARBOIS LE NOM, À PUPILLIN LE BON alias À ARBOIS LE RENOM, À PUPILLIN LE BON ) : dicton relatif au vin du Jura produit sur le territoire de la commune de Pupillin où trente-cinq familles vivent de la vigne. La plupart d'entre elles se sont regroupées au sein d'une coopérative, la « fruitière » de Pupillin (Jura).
44. ARDENS AD ÆTHERA VIRTUS (alias ARDENS ET ÆTHERA VIRTUS) : devise latine d'Augustin Nicolas, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (R. de Lurion).
45. ARMIS ET TAUGA (alias ARMIS ET TOGA) : devise latine de la famille noble de La Tour-Saint-Lupicin (J. de Champeaux, R. de Lurion). Voir aussi TOUJOURS EN BON LIEU.
46. ARMIS LITERISQUE : devise latine de la famille Galois.
47. ARTE, VIRTUTE, MARTE : devise latine de Claude Broquard, cogouverneur de la cité de Besançon (Doubs).
48. ARTE, VIRTUTE, MARTE : devise de la famille de Valimbert (J. de Champeaux).
49. A SOLIS ORTU USQUE AD OCCASUM, LAUDABILE NOMEN DOMINI (Du lever au coucher du soleil, il faut louer le nom du Seigneur) : inscription gravée dans la pierre au deuxième étage au-dessus des fenêtres d'une maison de la rue de l'École Normale à Vesoul (Haute-Saône).
50. ASPICIENDO SENESCIS (En me regardant, tu vieillis) une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
51. ASTUCE DE COURCELLES : adage de la famille de Courcelles (J. de Champeaux).
52. ATOUR DE CHANTRANS : adage de la famille féodale de Chantrans.
53. A TOUT ! A TOUT ! A TOUT ! : cri de guerre de la famille de Toulongeon à partir de la première syllabe de son nom.
54. À TOUT CHÂTEAU PORTIER : devise de la famille Portier de Frolois, d'Aiglepierre.
55. À TOUT VENANT BEAUJEU : une des devises de la famille féodale de Beaujeu citée dès 1083. Voir aussi À BEAU JEU, BEAU JEU, QUI SE MESURE DURE BEAUJEU, RENOM DE BEAUJEU.
56. ATTENDANT L'HEURE : inscription sur la pierre tombale de Jean Dargent, chirurgien et bourgeois d'Héricourt, né le 03.06.1527, + le 09.04.1600, mur de la sacristie d'Héricourt (Haute-Saône). Voir aussi MEMENTO MORI, RESPICE FINEM.
57. AU BOEUF ! : cri de guerre de la famille féodale de Joux (La Cluse-et-Mijoux, Doubs). Voir LASCIVETÉ DE JOUX, PLOIE SOUS JOUG.
58. AUDACES FORTUNA JUVAT (La Fortune sourit aux audacieux) : devise latine de la noble famille Mareschal de Longueville, de Besançon (Doubs).
59. AUDACES FORTUNA JUVAT (La Fortune sourit aux audacieux) : devise de la famille féodale de Vienne qui a donné Jean de Vienne, amiral du royaume de France, qui fonda le couvent des Carmes de Besançon (Doubs) en 1392 comme le rappelle une plaque commémorative placée à côté du portail de l'ancienne église de ce monastère, à l'angle de la rue Mégevand et de la Promenade Granvelle.
60. AUDACES FORTUNA JUVAT (La Fortune sourit aux audacieux) : devise latine de noble Jean-Baptiste Varin de Noidans, cogouverneur de Besançon (Doubs). Elle est portée par trois familles franc-comtoises mais aussi par plus de 30 familles en France et en Europe (Angleterre, Autriche, Belgique, Irlande, Pays-Bas) (R. de Lurion).
61. AUDEO ET SPERO (Oser et espérer) : devise de la famille Audéoud installée en Suisse et en Franche-Comté pour jouer sur le patronyme (Eugène-Louis Dumont, « Armorial genevois »).
62. AUDI VIDE TACE (Entends, vois et tais-toi) : devise latine inscrite dans la maison de justice de la seigneurie de Neuchâtel (Doubs) (abbé Richard, « Histoire de la Seigneurie de Neuchâtel »).
63. AUDI, VIDE, TACE - SI DEUS PRO NOBIS, QUIS CONTRA NOS (Entends, vois et tais-toi � Si Dieu est avec nous, qui peut être contre nous) : devise latine inscrite sur le fronton d'une des tourelles de l'hôtel de la famille Gauthiot d'Ancier, construit par Guy Gauthiot (+ en 1507) à Gray (Haute-Saône).
64. AULTRE N'ARAY (alias AULTRE N'ARAY DAME ISABEAU TANT QUE VIVRAY) : devise de Philippe le Bon, duc et comte de Bourgogne (Chassan et Tausin).
65. AUSTRIACORUM EST IMPERARE ORBI UNIVERSO : voir plus haut A.E.I.O.U.
66. AUT PERFICE, AUT NE TENTES (Achève ou ne commence pas) : devise latine de noble Claude François Buson de Champdivers, cogouverneur de Besançon (Doubs). Pierre sculptée, 5, rue des Granges.
67. ATAVIS ET ARMIS : devise latine de l'Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare qui a compté plusieurs membres en Franche-Comté.
68. AUX BALANCES BON LOGIS � ICI ON VEND ET ON LIVRE JUSTEMENT : inscription du Premier Empire sur une boutique des années 1801-1809 à Bavans (Doubs) sur l'ancienne route de Lougres.
69. AVANT TOUS, MALGRÉ TOUT : devise de la famille de Scey-Montbéliard (Chassan et Tausin).
70. AVE GRATIA PLENA (Je vous salue (Marie), pleine de grâce) : devise latine de la famille Vernerey (Antoine Maire, « Ex-libris francs-comtois »).
71. AVE MARIS STELLA : cri en latin de Maurice-Louis Dubourg, évêque de Marseille (Bouches-du-Rhône) le 17.12.1928, archevêque de Besançon (Doubs) dès le 09.12.1936. Voir aussi plus loin EX TOTO CORDE MEO.
72. AVIA PERAGRO LOCA (alias AVIO PERAGRA LOCA ou AVITA PERAGRO LOCA) (Je parcours les champs de mes aïeux) : devise latine de noble Jean-Jacques Chifflet, cogouverneur de Besançon (Doubs) (Chassan et Tausin, jetons de cogouverneur, J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs de Besançon »).
73. AYDE TOI : devise de la famille Courlet de Vregille.
74. BARBARIA : devise de l'ordre de la Croix de Bourgogne créé par l'empereur Charles Quint (J. de Champeaux).
75. BÂTARDISE DE MAIGRET : adage de la famille de Maigret.(J. de Champeaux).
76. BAUFFREMONT AU PREMIER CHRESTIEN ! : cri de la famille de Bauffremont, de Champagne, et dont une branche s'est installée en Franche-Comté (J. de Champeaux).
77. BEAUTÉ DE GRAMMONT : adage de l'antique famille de Grammont, à mettre en parallèle avec les trois bustes de reine qui ornent ses armoiries.
78. BEATI MUNDO CORDE : devise de Joseph-Simon Theurel, né à Laître (Haute-Saône) le 28.10.1829, ordonné prêtre le 05.06.1852, envoyé au Tonkin occidental le 20.09.1852, provicaire général en 1857, coadjuteur de Mgr Jeantet, supérieur de la Mission à Paris, sous le titre d'évêque d'Acanthe, mort le 03.11.1868 (abbé Loye, « Histoire de l'Eglise de Besançon », tome VI, p. 335-336).
79. BIENDISANCE D'OISELAY : adage de la famille féodale d'Oiselay (J. de Champeaux).
80. BIENFAISANCE D'OISELAY : adage de la famille féodale d'Oiselay (R. de Lurion).
81. BIEN HUPPÉ : devise de la famille d'Essertenne (J. de Champeaux).
82. BON BRUIT DE PONTAILLER : adage de la famille de Pontaillier, de Bourgogne, et dont une branche était installée en Franche-Comté au XVI° siècle.
83. BONNE AMITIÉ D'ASUEL : adage de la famille féodale d'Asuel, originaire de Suisse et installée en Franche-Comté (R. de Lurion).
84. BONNE FIN : devise de la famille Péréal, de Besançon (Doubs) qui a donné un cogouverneur en 1429. Ses descendants ont parfois pris pour patronymes les noms Péreval ou Préval. Napoléon 1er créa comte de Préval le général de division Claude-Antoine Préval dont la famille était originaire de Salins (Jura). Le lien entre les Préval de Besançon et de Salins n'a pu encore être établi avec certitude (R. de Lurion).
85. BONS BARONS DE BAUFFREMONT : premier adage de la famille de Beauffremont (Chassan et Tausin).
86. BONS CHRÉTIENS DE BEAUFFREMONT : second adage de la famille de Beauffremont (Chassan et Tausin).
87. BONTÉ DE PESMES : adage de la famille féodale de Pesmes.
88. BONTÉ DE TRESTONDANS : adage de la famille féodale de Trestondans (J. de Champeaux).
89. BREVES AMANTIBUS VIDENTUR (Elles paraissent courtes à ceux qui s'aiment) : devise latine inscrite sur un cadran solaire à Pagnoz (Jura).
90. CALANDO MALEUS ARDEAT : devise latine ornant le fronton triangulaire du château construit en 1775 par les frères Bouly, maîtres de forges, à Saint-Loup-sur-sur-Semouse (Haute-Saône). Calcando ?
91. CANDOR NOTATUR LILIO : devise de Charles Despotots, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (R. de Lurion).
92. CAPIO ET DISCO (Prendre et apprendre) : devise latine de la famille Lapprand qui joue ainsi avec lees deux décompositions possibles de son patronyme (« la prend » et « l'apprend »)
93. CARITAS IUSTICIA PRUDENTIA RESPUB PAX � RECHT DUN IST EIN HOCH GEBOT WELCHES UNS GAB UNSER HER GOTT : devises latine et allemande inscrites avec le millésime 1591 sur une plaque de cheminée, ornée de figures allégoriques, conservée au château de Montbéliard (Doubs).
94. CARITATE : devise latine de la famille de Lessan (Revue « Héraldique et Généalogie »).
95. CARPE DIE : devise latine inscrite sur une ancienne pierre tombale de l'église de Virey, commune d'Avrigney-Virey (Haute-Saône).
96. CARPE DIEM (Profite du jour) : devise latine inscrite sur un cadran solaire d'Avoudrey (Doubs).
97. CARPE DIEM (Profite du jour) : devise latine inscrite sur un cadran solaire de Champagnole (Jura), rue Jules Verne.
98. CAUTELIE DE LAMBREY (alias CAUTELE DE LAMBREY) : adage de la famille féodale de Lambrey (J. de Champeaux).
99. CAVE NE MACULETUR : devise latine de la famille Seguin de Jallerange (Chassan et Tausin).
100. CELARE DIVINUM OPUS : devise latine de la famille du Breul de Sacconey, originaire du Bugey et installée en Franche-Comté.
101. CELON LE TAMPS VAULCHARD : voir plus loin SELON LE TEMPS VAUCHARD.
102. CE SPECTACLE TE RÉVEILLERA TOUJOURS EN SILENCE : traduction d'une devise gravée en lettres gothiques et en alsacien avec le chronogramme 1552 sur un cadran solaire à Sainte-Suzanne (Doubs). N.B. : Ce cadran, qui appartient à une collection particulière, n'est pas comtois.
103. CE TROP NE DESIRER, FAICT L'HOMME PROSPERER : devise de la noble famille d'Esterno.
104. CESCENT VIGORE : devise latine de la famille Serrurier.
105. CHANGER NE VEUX : devise de la noble famille de Scey (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique »).
106. CHARITAS (CHARITÉ) : devise latine des religieux minimes d'Ornans (Doubs) qui portent, dans un sceau du XVIII° siècle, une croix tréflée cantonnée des syllabes CHA, RI et TAS (Jules Gauthier, « Armorial des Corporations religieuses").
107. CHARITÉ : inscription gravée près d'un pélican sur le socle d'une croix à fût corinthien chargé de grappes de raisin, au carrefour de la route de Bourbevelle à Jonvelle (Haute-Saône). Cette croix a été rétablie en 1763 par Noëlle Vichard et porte, sur une autre face, un écu armorié.
108. CHEVALERIE D'ANDELOT : adage de la noble famille d'Andelot citée dès le XI° siècle (J. de Champeaux, R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »). Voir aussi LES COMBATS SONT MES ÉBATS.
109. CHEVANCE DE ROUGEMONT : adage de la famille féodale de Rougemont (J. de Champeaux, R. de Lurion). Cette famille connue depuis 1190 portait « d'or à une aigle de gueules becquée et membrée d'azur et couronnée de même ». Elle a donné trois archevêques de Besançon (Doubs) Gérard, Eudes et Thiébaud de Rougemont (ce dernier de 1405 à 1429, inhumé sous une pierre tombale sculptée de marbre rougeâtre dans la basilique Saint-Pierre de Rome, ce prélat étant décédé dans la ville éternelle le 16.09.1429).
110. CHICHETÉ DE MUGNANS : adage de la famille féodale de Mugnans (J. de Champeaux).
111. CHRISTO LUCRIFACIAM : devise latine de Théodore Legain, né à Épeugney (Doubs) le 08.11.1809, ordonné prêtre en 1834, professeur au petit séminaire de Consolation (Doubs) puis vicaire à Pontarlier (Doubs), curé à Villers-le-Lac (Doubs), grand vicaire de l'archevêque de Besançon (Doubs), évêque de Montauban (Tarn-et-Garonne) le 24.05.1871, mort d'une crise d'apoplexie le 11.04.1881 (« Semaine religieuse » de Besançon, 1881, abbé Loye, « Histoire de l'Eglise de Besançon », tome VI, p. 326).
112. COELI SOLIQUE MUNERE : devise latine de Jean-Baptiste Mareschal de Vezet, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs).
113. OOELO ET VIGILANTIA : devise latine de François Marin, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs). Cette devise est relative au coq qui orne les armoiries de ce personnage.
114. COELO HAERET, SOLO LUCET : devise latine de la famille Petit de Marivat qui possédait un grand hôtel particulier à Besançon (Doubs), Place Jean-Cornet (Chassan et Tausin).
115. COELUM MIHI PALMA : devise latine de Jean Richardot, évêque d'Arras (Pas-de-Calais) le 30.04.1603. Cet ecclésiastique avait suivi les traces de François Richardot, né à Morey (Haute-Saône) en 1507, professeur de théologie dans le collège fondé à Besançon (Doubs) par le chancelier Perrenot de Granvelle, puis évêque auxiliaire en 1554, évêque suffragant puis titulaire d'Arras (Pas-de-Calais) lorsque le cardinal Granvelle abandonna ce siège pour celui de Malines. Il n'était encore que suffragant lorsqu'il prononça l'oraison funèbre de Charles Quint devant Philippe II et toute la cour. Il installa une université à Douai, siégea au Concile de Trente, mourut le 20.08.1574 et fut inhumé dans la cathédrale d'Arras. L'almanach de 1785 dit de lui : « Il avait une éloquence mâle et persuasive qui étonna les Pères du Concile de Trente, ce qui lui donna la réputation de l'homme le plus éloquent de son siècle ».
116. COMME PLUS HAUT : devise de la noble famille de Froissard de Broissia, de Bersaillin (Jura).
117. CONCIPIT INNOCUOS IGNES : devise latine de la noble famille de Châteauvillain (J. de Champeaux).
118. CONSCIENTIA ET FAMA (Connaissance et Renommée) : devise latine de la famille Boyvin, de Dole (Jura) (J. et L. Gauthier, « Armorial de Franche-Comté »). N.B. : Pierre de La Grange, conseiller au Parlement de Dijon, portait la même devise en 1581.
119. CONSILIO ET ENSE : devise latine de la famille de Jouffroy-Gonsans (Chassan et Tausin).
120. CONSILIO ET PATIENTIA : devise latine de Jean-Marie Doney, né à Épeugney (Doubs) le 25.11.1794, fils d'un cloutier. Ordonné prêtre le 18.10.1818, il devint chanoine du chapitre métropolitain le 31.01.1829, membre de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon en 1833, avant d'être sacré évêque de Montauban le 22.01.1844, mort le 21.01.1871 et inhumé dans une chapelle de la cathédrale de Montauban (abbé Loye, « Histoire de l'Église de Besançon », tome VI, p. 321 et suiv. ; « Dictionnaire des Communes du Doubs », II, p. 1169).
121. CONTENTA SUA (alias : SUO) MEDIOCRITAS (Satisfait de sa médiocrité) : devise latine de Claude Pétremand, cogouverneur de la cité impériale de Besançon.
122. CONTINUO (Je continue) : devise latine de Claude Gaudot, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (R. de Lurion).
123. CONTRE FORTUNE, BON C�UR : le duc Bernard de Saxe-Weimar qui s'auto-proclama « roi du Jura » à Pontarlier (Doubs) en janvier 1639, quelques mois avant sa mort (Chassan et Tausin).
124. COR MEUM IBI CUNCTIS DIEBUS (2.Par. 7.16)
128. COR MEUM IBI CUNCTIS DIEBUS (Ici, mon cœur tout entier est à Dieu) (2.Par. 7.16) – VENITE ADOREMUS (Venez l’adorer) : formule latine gravée au-dessus du porche principal de l’église Sainte-Madeleine de Besançon (Doubs).
125. CORDE GERO QUOD CORDE COLO : devise latine de la ville de Besançon (Doubs) selon Chassan et Tausin dans leur « Dictionnaire des Devises héraldiques ».
126. COUP DE LANCE DE VAUDREY : adage de la famille féodale de Vaudrey connue depuis le XII° siècle (R. de Lurion).
127. CREDE MIHI (Crois en moi) : devise latine inscrite sur le cadran solaire gravé près de la porte de l'église de Grand-Combe-Châteleu (Doubs).
128. CRESCIT IN ORBEM : devise latine de la famille féodale de Falletans, reprise par les Garnier de Falletans (Chaix d'Est-Ange).
129. CRUX EST SIGNUM CHRISTI, LILIA SUNT MARIÆ (La croix est le signe du Christ, les lis ceux de Marie) : devise latine de la famille féodale de Saint-Mauris (J. de Champeaux). Cette devise se rapporte à l'augmentation d'armoiries obtenue par Antoine de Saint-Mauris pour services militaires avec deux Suisses en supports « tenant à la main deux drapeaux, le premier échiqueté d'or et d'azur avec un double L d'or en abîme, cantonné de fleurs de lis du même, le deuxième échiqueté de gueules et d'azur chargé d'une croix d'argent ».
130. CUJUS REGIO, EJUS RELIGIO (Telle la religion du prince, telle celle du pays) : principe de la paix d'Augsbourg qui explique l'implantation du protestantisme dans les terres du prince de Montbéliard au nord de la Franche-Comté.
131. CUM FIDE ET DILECTIONE (Avec fidélité et amour) : devise latine de Rambert-Irénée Faure, évêque de Saint-Claude (Jura) le 12.03.1926. Voir aussi DIEU AIDE.
132. CUM PIETATE JUNCTA : devise latine d'Adrien et Pierre-François de Jouffroy, cogouverneurs de la cité impériale de Besançon.
133. CUM TEMPORE (Avec le temps) : devise latine de la noble famille Matherot de Desnes (J. de Champeaux).
134. CUNCTANTER (alias : CUNTANTER) ET PROSPERE : devise latine de la famille Oudot dit Chandiot (dont Denis Chandiot, cogouverneur de la cité impériale de Besançon. Une branche de cette famille s'est développée en Bourgogne avec la même devise (J. de Champeaux, R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »).
135. CUNCTIS MENS AUREA (Tous d'âme d'or) : devise latine parlante de la famille Damedor de Mollans (alias d'Amedor de Mollans) (Rolland, « Supplément à l'Armorial de Rietstap »).
136. CUSTODI ME DOMINE (Protège-moi Seigneur) : devise latine inscrite avec le chronogramme 1572 sur une maison de Granges-le-Bourg (Haute-Saône).
137. DA GLORIAM DEO : devise latine de la famille féodale de Joux (Chassan et Tausin).
138. DA ROBUR FER AUXILIUM : devise latine de Charles Joseph Henri Binet, évêque de Soissons le 16.05.1920, archevêque de Besançon (Doubs) le 31.10.1927 (J.M. Thiébaud, « Lecture héraldique de l'abbaye de Montbenoît »). On la retrouve dans une église de la rue Mégevand à Besançon (Doubs) (consacrée par Antoine-Pierre de Grammont le 7 novembre 1688) dont une plaque commémorative cite ce prélat à la date du 14.11.1930, ainsi que sur une pierre sculptée à l'intérieur du porche du grand séminaire de Besançon . Sur les armoiries de ce prélat sommé d'une croix archiépiscopale et d'un chapeau de cardinal, figure une charrue en pointe, parfaitement adaptée au sens de la devise. Voir aussi TU NOBIS IN LABORE LÆTITIA.
139. DATAR. CORONA. VINCENTI : inscription latine autour de l'écu de Pierre Jeanmaire, notaire à Montbéliard (Doubs) en 1697 (Archives Communales de Montbéliard, n° FF 335).
140. DE BIEN BOIRE SOIT MÉMOIRE : devise de Charles le Téméraire, duc et comte de Bourgogne, + devant Nancy en 1477 (jeton anonyme).
141. DÉBORDEMENT DE MONNET : adage de la famille féodale de Monnet, issue des sires de Salins (R. de Lurion).
142. DEI VIRTUS : devise latine de Jean-Pierre Mabile, né à Rurey (Doubs) le 20.09.1800, ordonné prêtre en 1829, professeur de philosophie à École (Doubs), vicaire à Gray (Haute-Saône) pendant une année puis directeur et maître de conférences au séminaire de Luxeuil (Haute-Saône), évêque de Saint-Claude (Jura) en juillet 1855, évêque de Versailles (actuel département des Yvelines) par décret du 23.01.1858, mort à Rome le 8 mai 1877 (« Semaine religieuse » de Besançon, 1877, abbé Loye, « Histoire du Diocèse de Besançon », tome VI, p. 326, Chassan et Tausin).
143. DE LA FRANCHE-COMTÉ À JÉRUSALEM : devise du docteur Grosjean (Doubs), Armorial du XXe s., Conseil Français d'Héraldique.
144. DE LA MORT (alias : MOR), JE ME RIS : devise de la famille féodale de Saint-Mauris.
145. DE L'ORIENT A L'OCCIDENT LE NOM DU SEIGNEUR SOIT LOUÉ : voir UT SOL VERSUS OCCASUM ITA DIES FUGIT.
146. DEO, CÆSARI, PATRIÆ (À Dieu, au roi et à la patrie) : une des devises latines de la famille Chifflet, de Besançon (Doubs) (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté », jetons de cogouverneur).
147. DEO ET CÆSARE FIDELIS (Fidèle à Dieu et à César) : devise latine de la ville de Besançon (Doubs). Elle a été imaginée en 1537 pour les monnaies du monnayage de la ville (Joseph de Champeaux, « Devises, cris de guerre, légendes, jetons »).
148. DEO ET CÆSARE FIDELIS PERPETUO (Toujours fidèle à Dieu et à César) : devise latine de la ville de Besançon (Doubs) (Bessas de la Mégie, « Légendaire de la Noblesse de France », 1865).
149. DEO ET CÆSARE FIDELIS PERPETUO (Toujours fidèle à Dieu et à César) : devise latine d'Alfred Bourgon, né à Besançon (Doubs) en 1780, † en 1870, député sous la Restauration, président de Chambre à la cour de Besançon, bibliophile ayant réuni une belle collection conservée ensuite au château de Montmirey-la-Ville (Antoine Maire, « Ex-Libris francs-comtois »).
150. DEO ET ENSE DOMINI SUI (Je ne relève que de Dieu et de l'épée de mon maître) : devise latine de la famille de Buyer de Mimeure (maîtres de forges). Cette famille est originaire du Lyonnais. Voir aussi DEO ET REGE.
151. DEO ET PATRIÆ (Pour Dieu et la Patrie) : devise latine de Marc Antoine Fluzin, cogouverneur de la cité impériale de Besançon.
152. DEO ET REGE (Pour Dieu et le Roi) : devise latine de la famille de Buyer. Voir aussi DEO ET ANSE DOMINE SUI.
153. DEO ET REGI FIDES IMPAVIDA (Fidélité intrépide à Dieu et au Roi) : devise latine de la famille Durget, de Vesoul (Haute-Saône) (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »).
154. DEO ET REGI SEMPER SACRA : devise latine de la famille de Buyer-Mimeure (Pidoux de la Maduère, « Armorial de Franche-Comté »). Variante de DEO REGIQUE SEMPER SACRA (citée plus loin).
155. DEO FAVENTE (Par la miséricorde de Dieu) : devise latine de la famille de Camelin (seigneurs de Bougey).
156. DEO FILIO VIRGINIQUE MATRI PACIS VOTA (dédiée à Dieu, fils de la Vierge, mère de la Paix), inscription gravée en 1671 sur le linteau de la porte d'entrée de la chapelle fondée dans le château de Courcelles-les-Châtillon, Les Terres de Chaux (Doubs), par Jean Ferdinand Faivre et Marie Antoine Magnin, ses fondateurs. Seule cette chapelle a échappé aux flammes lors de l'incendie du château le 5 décembre 1907.
157. DEO JUVANTE (Dieu aidant alias Avec l'aide de Dieu) : devise latine de Honoré François de Grimaldi-Monaco, archevêque de Besançon (Doubs) de 1724 à 1731, qui reprit tout simplement celle de sa famille princière. Ce prélat portait en outre les armoiries de sa famille : de gueules losangé d'or (alias : d'argent) (J. Gauthier, « Armorial des Archevêques de Besançon »)
158. DEO JUVANTE PERSTA (Avec l'aide de Dieu, persévère) : devise latine de la famille Faivre d'Arcier (Pidoux de la Maduère, « Armorial de Franche-Comté »).
159. DEO REGIQUE SEMPER SACRA : famille latine de la famille de Buyer (attribuée aussi à la famille alliée de Chaillot par Chassan et Tausin et R. de Lurion) (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »). Variante de DEO ET REGI SEMPER SACRA (citée plus haut).
160. DE RIEN JE NE MESMAYE (alias DE RIEN JE NE M'ESMAYE) (De rien je ne m'étonne) : devise de Renobert de Mesmay, cogouverneur de la cité impériale de Besançon (Doubs) (J.M. Thiébaud, « Les Cogouverneurs � »).
161. DESERUISSE JUVAT MARE (alias MARI) : devise de Marguerite d'Autriche, comtesse de Bourgogne.
162. DESPERARE NUNQUAM (Ne jamais désespérer) : devise latine de la famille Petiet (Rolland, « Supplément à l'Armorial de Rietstap »).
163. DE TOUS CHÂTEAUX, PORTIER : devise des diverses branches de la famille Portier alias Pourtier (Portier de Frolois, Pourtier de Chaucenne) (« Mémorial de la Noblesse », 1864 ; R. de Lurion, « Nobiliaire de franche-Comté », p. 639).
164. DE TOUTES LES SAISONS, L'ESTÉ ME PLAIT : devise de la famille d'Estey (Joseph de Champeaux).
165. DEUM TIMETE, REGEM HONORIFICATE (Craignez Dieu, honorez le Roi) : devise latine de la famille d'Ambly, de Champagne, dont une branche s'est installée en Franche-Comté.
166. DEUS ADEST PRIMO CHRISTIANO (Dieu aide au premier chrétien) : devise latine de la famille de Bauffremont (Pidoux de La Maduère, « Armorial de Franche-Comté » ; « Annuaire du Jura », 1862, p. 147).
167. DEUS DAT QUIBUS VULTO (Dieu donne à qui il veut) : devise latine gravée sur le linteau de l'hôtel Chevanney, 11, grande-rue, Besançon (Doubs).
168. DEUS ET MAGNA FAMA (Dieu et grande renommée) : devise latine de la famille Lagrandfemme (Rolland, « Supplément à l'Armorial de Rietstap ») (jeu de mot avec MAGNA FAMA qui pourrait, outre son sens réel de « grande renommée » signifier phonétiquement la Grande Femme, Lagrandfemme). Cette devise se retrouve dans l'ex-libris de Jean-Etienne Lagrandfemme, garde d'artillerie du Fort Griffon à Besançon (Doubs) en 1735 (Archives Départementales du Doubs, J. Gauthier et R. de Lurion, op.cit., 2° série, n° 323).
169. DEUS NO DEPICIES COR CORTRITU ET HUMILIATATU (Dieu ne dédaigne pas un c�ur contrit et humilié) : devise latine de Jean Chevannay (né vers 1527) sur une pierre sculptée de la façade du second corps de logis de son hôtel construit en 1582, à Besançon, 11, grande-rue. Cet hôtel abrita les amours tumultueuses de Charles IV, duc de Lorraine, et de Béatrix de Cusance, princesse de Cantecroix.
170. DEUS SPATIUM TEMPUS : devise latine de la famille de Rotalier (Comte de Puymège, « Les Vieux Noms de France », 1968).
171. D'ICY S(eig)NEUR DETOURNE LE MAL : devise inscrite sur le linteau d'une maison construite en 1801 à Chaux-les-Passavant (Doubs) par Jacques Carme, né le 27.10.1746 (« Dictionnaire des Communes du Doubs », II, p. 754).
172. DIES MEI SICUT UMBRA DECLINAVERUNT (Mes jours déclinent comme l'ombre) : devise latine inscrite sur le cadran solaire de l'église de Courlaoux (Jura) avec le chronogramme 1823.
173. DIEU AIDANT : devise de la famille Viénot (de Vaublanc)
174. DIEU AIDE : cri de Rambert-Irénée Faure, évêque de Saint-Claude (Jura) le 12.03.1926. Voir aussi CUM FIDE ET DILECTIONE.
175. DIEU AIDE ARBOIS : devise de la ville d'Arbois (Jura) (Chassan et Tausin ; Annuaire du Jura, 1862, p. 143). V. aussi HIS QUOS DILIGO.
176. DIEU AIDE AU GARDIEN DES ROIS : devise de la famille Guyot de Maîche (Quentin, « Ex-libris anonymes », 1907).
177. DIEU AIDE AU MORE (alias : MAURE) CHRÉTIEN : devise de la famille de Moroges (« Mémorial de la Noblesse », 1864).
178. DIEU AIDE AU PREMIER CHRÉTIEN (alias DIEU AYDE AU PREMIER CHRESTIEN) : devise de la famille de Bauffremont (Olivier, Hermal, Roton, « Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises »). Voir aussi plus haut : DEUS ADEST PRIMO CHRISTIANO, la même devise en latin.
179. DIEU AIDE AUX GARDIENS DES ROIS (alias DIEU AYDE AUX GARDIENS DES ROYS alias SIEU AYDE AU GARDIEN DES ROIS) : devise de la famille de Grammont (J. de Champeaux, op. cit., Antoine Maire, Ex-libris comtois). Elle a été portée par François Joseph de Grammont, archevêque de Besançon de 1699 à 1717 et son successeur, Antoine Pierre 1er de Grammont, de 1662 à 1698 (J. Gauthier, « Armorial des Archevêques de Besançon »). Cette devise énigmatique au premier abord peut s'expliquer de deux façons. La première, la plus vraissemblable, rappelle que les reliques des Rois mages ont séjourné à l'abbaye de Lieu-Croissant (appelée aussi, pour cette raison, abbaye des Trois Rois), établissement dont Guy de Granges, ancêtre des Grammont, fut l'un des fondateurs en 1134. La seconde nous est donné par l'hustorien Loys Gollut : « Les seigneurs de Grantmont portaient premièrement pour armoiries le saultoir au champ d'azur, ainsi que ceux de Granges, jusques à ce que, en champ cloz, un de leur maison combattit et vainquit un chevalier anglais pour la deffense de trois dames au sang roial d'Angleterre, pour raison de quoy il print trois chefs de roynes en champ d'azur comme les portent ceux de cette maison. »
180. DIEU AIDE POLIGNY : devise de la ville de Poligny (Jura) (Jean-Jacques Lartigue, « Armorial général des Communes de France », Paris, éd. Christian, 1995). Voir aussi À DIEU PLAISE (POLIGNY).
181. DIEU EST MON APPUI : devise inscrite sur la mairie de Semondans (Doubs) avec le chonogramme 1808 (N.B. : le bâtiment n'a pourtant été construit qu'en 1862).
182. DIEU EST MON APUY : devise de la ville de Montbéliard (Doubs) en 1732 (Chassan et Tasin ; Dictionnaire des Communes du Doubs, IV, p. 2066). Voir aussi DIEU SEUL EST MON APUI, EN DIEU EST MON APPUY.
183. DIEU ET LA PAIX SOIT AN TOUS TEM AVEC NOUS : devise inscrite sur le linteau d'une porte de Vorges-les-Pins (Doubs) avec le chronogramme 1688, le tout surmonté d'un c�ur et des lettres IHS (« Dictionnaire des communes du Doubs », t. VI, p. 3511).
184. DIEU ET LE ROI : devise de la famille de Vesvrotte, installée en Franche-Comté (Chassan et Tausin).
185. DIEU ET MON ÉPÉE : devise de la famille de Precipiano, originaire de l'État de Gênes (Italie) et établie en Franche-Comté sous Charles Quint en la personne d'Ambrosio (Ambroise) Precipiano (fils de Christophoro Precipiano, né à Gavio près de Gênes, et d'Anna Doria, la s�ur du célèbre condottiere Andrea Doria (né à Oneglia en 1466, + à Gênes en 1560), commandant des flottes de François 1er et de Charles Quint, vainqueur des Turcs à Pianosa en 1519 avant d'instaurer à Gênes une « république aristocratique en 1528) dont la devise, on s'en serait douté, était « Vigil in Mari ». Ambrosio Precipiano, fameux ingénieur, fut chargé de diriger les fortifications de la ville de Dole (Jura) et de quelques autres ville de Franche-Comté. Il fut créé baron de Soye par l'empereur et acheta les seigneuries de Cuse et de Lambrey. Son fils, Ambroise (II), baron de Soye, seigneur de Cuse et Adrisans, Cubrial, Gondenans et Lambrey, prit la particule, à la mode franco-comtoise, et fut nommé capitaine de Faucogney par Philippe II, roi d'Espagne. Il mourut dans son château de Gondenans-(les-Moulins, Doubs) le 10 juin 1626. Sa descendance est bien connue des généalogistes (R. de Lurion, J. de Champeaux, J.M. Thiébaud, « Notes généalogiques sur les Precipiano », ms) (les armoiries de cette famille sont de gueules à l'épée d'argent mise en fasce). Voir aussi NON IN GLADIO, SED IN NOMINE DOMINI.
186. DIEU ET MON ROI (alias : ROY) : devise de la famille Thierry de Faletans (J. de Champeaux).
187. DIEU NOUS AMÈNE LE BON TEMPS AFIN QUE CHACUN SOIT CONTENT : inscription avec le chronogramme 1764 du linteau d'une porte de Besançon (Doubs), 34, rue Bersot.
188. DIEU SEIGNEUR EST MON APPUI : devise inscrite sur le porche du temple de Bussurel (commune rattachée à Héricourt, Haute-Saône) en 1834.
189. DIEU SEUL EST MON APPUI : devise de la ville de Montbéliard (Doubs) (Bessas de la Mégie, « Légendaire de la Noblesse de France », 1865). Elle est gravée sur le temple Saint-Georges de Montbéliard au-dessus d'une porte qui donne sur la rue de Besançon. Voir aussi DIEU EST MON APPUI.
190. DIEU SEUL EST MON IOUËT (JOUET) : devise de la famille féodale de Montjouvent (originaire du Jura) (Jougla de Morenas, « Grand Armorial de France »). Voir aussi DIEU SEUL MON JOUG EST.
191. DIEU SEUL MON JOUG EST : devise de la famille féodale de Montjouvent (originaire du Jura) (Chassan et Tausin). Voir aussi DIEU SEUL EST MON IOUËT.
192. DIEU SOIT BÉNI : devise gravée sur un linteau de porte de Mandeure (Doubs).
193. DIEU SOIT BÉNI : devise gravée sur un linteau de porte de Rosey (Haute-Saône) avec le nom de Pheilipe (Philippe) Durand, le monogramme grec IHS dans un coeur percé de trois clous et le chronogramme 1723.
194. DIEU SOIT BÉNI : devise gravée sur une croix à Fresse (Haute-Saône) avec le chronogramme 1827.
195. DIEU SO.T (SOIT) BÉNI : devise gravée avec le chronogramme 1806 et les initiales PFV sur la maison Verney-Masson, de Mandeure (Doubs).
196. DIEU SOIT BÉNIT : devise gravée sur la maison Quélet, de Montécheroux (Doubs) avec le chronogramme 1684.
197. DIEU SOIT BÉNY : devise gravée sur le linteau d'une porte de Besançon (Doubs), 62, rue Battant.
198. DIEU SOIT BÉNY : devise gravée sur la maison Devaux, de Mathay (Doubs), avec le chronogramme 1690 et les initiales I.G. Voir aussi STE MARIE MERE DE DIEU SOIT LA GARDE DE CE LIEU.
199. DIEU SOIT BÉNY : devise gravée sur un cadran solaire de l'église de Marigna-sur-Valouse (Jura).
200. DIEU SOIT BÉNY. AIMONS DIEU : devise inscrite avec le chronogramme 1755 sur une maison des Combes (Doubs), Le Bas de la Motte.
201. DIEU SOYE BENI : devise gravée sur une croix à Fresse (Haute-Saône) avec le nom de Joseph Jeanblan et le chronogramme 1827.
202. DIEU SOIT LOUÉ : devise inscrite avec le chronogramme 1593 sur le linteau d'une porte de Besançon (Doubs), 43, rue Battant.
203. DIEU SOIT LOUÉ : devise inscrite avec le chronogramme 1737 sur le linteau de la porte d'une maison de pont-les-Moulins (Doubs) (« Dictionnaire des Communes du Doubs », V, p. 2063, dessin de l'abbé Jean Garneret)
204. DIEU SURTOU : devise sur une plaque de cheminée de la maison Pfister, de Montbéliard (Doubs), accompagnant les armoiries de la famille Beurnier (« d'argent à un c�ur de gueules d'où sort un 4 de chiffre du même, le coeur accosté d'un I et d'un B aussi de gueules, et le 4 de chiffre accosté de deux étoiles d'azur ») et le chronogramme 1694.
205. DIEU TE SOIT EN AIDE, Z. BANNELIER ET LA VIERGE MARIE AUSSI : inscription sur le linteau d'une maison de Bourguignon (Doubs), avec le chronogramme 1526. Cette famille tire son nom de l'office de bannelier qu'elle a exercé dans la seigneurie de Neufchâtel-Bourgogne depuis le XIV° s.
206. DIVES ARS (Riche Art) : devise latine de la famille Richard composée à la manière d'une charade (Archives Lartigue).
207. DOMINUS IBIDEM PULSANTI APERIETUR : inscription latine au-dessus de la porte latérale gauche de l'église de Mathay (Doubs).
208. DONA PRÆSENTIS RAPE LÆTUS HORÆ (Prends avec joie ce que te donne l'heure présente) une des dix devises latines inscrites sur le cadran solaire de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon (Doubs), conservé au Musée du temps.
209. DULCE ET LENITER PASCO (Faire paître doucement et agréablement) : devise latine de Claude François Marie Petitbenoît de Chaffoy, né à Besançon (Doubs) le 07.02.1752, mort le 29.09.1837, chanoine du chapitre de cette ville en 1774, auteur d'un ouvrage sur les 19 prêtres exécutés en Franche-Comté pendant la Révolution, évêque de Nîmes (Gard) le 24.09.1821 (Fourquet, « Hommes célèbres et personnalités marquantes de Franche-Comté », p. 229-230).
210. DULCIS AMOR PATRIÆ (Il est doux l'amour de la patrie) : devise latine de la famille Chevalier (Antoine Maire, « Ex-libris comtois »).
211. DUM. TEMP. HABEM./OPEREMUR.BONU. (Faisons le bien pendant que nous avons le temps) : devise latine inscrite sur le cadran du presbytère de Nods (Doubs). La maison qui la supporte date de 1702 mais le cadran semble antérieur.
212. DURATE (Persévérer) : devise latine du cardinal Antoine Perrenot de Granvelle, né à Ornans (ou à Besançon) le 20.08.1517, mort à Madrid (Espagne) le 13 ou le 21.09.1586, fils de Nicolas Perrenot de Granvelle, chancelier de l'empereur Charles Quint, et de Nicole Bonvalot. Étudiant à Padoue et à Louvain, parlant couramment sept langues à l'âge de 20 ans, abbé de Saint-Vincent de Besançon, évêque d'Arras (Pas-de-Calais) en 1540, ambassadeur de Charles Quint au concile de Trente où il prononça un discours qui lui valut la faveur de l'empereur et le titre de conseiller d'État, cardinal le 09.03.1561, ministre de Charles Quint et de son fils, le roi Philippe II d'Espagne, archevêque de Malines et de Besançon (Doubs), vice-roi de Naples. Après avoir négocié avec le pape Pie V et les Vénitiens un traité contre les Turcs. Rappelé à Madrid en 1575, il négocia le mariage de l'infante Catherine et du duc de Savoie. Le Chapitre métropolitain le choisit comme archevêque de Besançon en 1584 mais il mourut de phtisie à Madrid avant de regagner son siège. On ramena son corps à Besançon pour l'inhumer dans le caveau des Perrenot de Granvelle, en l'église des Carmes, face au palais construit par son père. La famille Perrenot de Granvelle s'éteignit à Besançon en 1637, dans la personne de Léopold-Eugène Perrenot, prince de Cantecroix. D'autres branches, fixées aux Pays-Bas, sont également éteintes.
213. DU VERBE MA FORCE : devise de Claude Jeunier (Jura) (Armorial du XX° s.).
214. ECCE VENIT HORA (Voici l'heure qui vient) : devise latine inscrite sur un cadran solaire à Poligny (Jura), rue du Théâtre.
215. ÉCHEC AU ROI : devise de Jean, bâtard de Montmartin, qui devint baron de Montby (Doubs) suite à son mariage avec Marguerite Guillot (alias Guillet), fille de Jean Guillot (alias Guillet), de Clerval (Doubs), et d'Anne de Vy. Il fut l'un des cinq hommes d'armes qui firent prisonnier François 1er à Pavie le 24 février 1525. Vexé d'avoir été capturé par un seigneur sans renom, le roi de France ne lui laissa aucune dépouille mais, en récompense de cet exploit, l'empereur Charles Quint lui offrit une grande épée d'honneur volée par les Français du comte de Grancey en 1637 lors du sac du château de Montby. Jean de Montby était l'un de ceux qui furent admis à tenir à Lons-le-Saunier (Jura) l'un des cordons du poêle aux obsèques grandioses de Philibert de Chalon (Chassan et Tausin).
216. EGO SOLUS ET OMNIBUS ALIUS FORTIOR : devise latine de la famille Boutechoux de Chavannes (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique »).
217. EH ! DIEU ! AIDE-MOI ! : cri de la famille de La Palu (alias de La Palud), du Dauphiné, dont une branche (Les Palud-Varambon) s'est installée en Franche-Comté (Rivoire de La Bâtie, « Armorial du Dauphiné »).
218. E LAURIS OLEAS AUET LAUREUS : devise latine de Jean-Baptiste Malarmey (alias Malarmé), cogouverneur de la cité impériale de Besançon.
219. ELEGI ABJECTUS ESSE IN DOMO MEI DEI QUAM HABITARE IN TABERNACULIS PECCATORUM : inscription latine gravée sur la pierre tombale de Pierre Loigerot, prêtre de Villers-Vaudey (Haute-Saône), décédé le 15.04.1595.
220. EN ATTENDANT MIEUX (DE) GERMIGNEY : devise parlante de la famille de Germigney, jouant sur une homophonie avec le verbe « germiner », germer (Coquelin de Germigney) (J. de Champeaux et Mémorial de la Noblesse, 1864 ; Annuaire du Jura, 1862, p. 159).
221. EN DIEU EST MON APPUY : devise de la ville de Montbéliard (Doubs) en 1610 (Dictionnaire des Communes du Doubs, IV, p. 2066). Voir aussi DIEU EST MON APUY, DIEU SEUL EST MON APUI.
222. EN DIEU MON ESPÉRANCE : devise d'Antoine et de Jean d'Anvers dit d'Emskerque, cogouverneurs de la cité impériale de Besançon (Doubs).
223. ENDURANT J'ESPÈRE (alias EN DURANT J'ESPÈRE) : devise de la famille Durand de Gevigney (Pidoux de la Maduère, « Franche-Comté héraldique »). Voir aussi IN RECTO MEA VIS.
224. EN FORCE ET FÉAUTÉ : devise de la famille féodale de Molans (alias de Mollans) (« Mémorial de la Noblesse », 1864).
225. EN TOUT CANDEUR (alias EN TOUTE CANDEUR) : devise de la famille du Val d'Essertenne (Chaix d'Est-Ange, « Dictionnaire des familles notables à la fin de l'Ancien Régime », R. de Lurion).
226. ENTÊTEMENT DE LA ROCHELLE : dicton de la famille féodale de La Rochelle (J. de Champeaux).
227. EN TOUT TEMPS GAY : devise de la famille Gay, originaire de Poligny (Jura) et dont une branche s'est installée à Salins (Jura) où elle prit le nom de Gay de Marnoz. La généalogie des Gay a été publiée par Chevalier (II, 369) et Guillaume (II, 153).
228. EQUANIMITER : devise de la famille Maréchal de Bouclans (Chassan et Tausin).
229. ESPIÈGLERIE DES LOMBARD : adage de la famille de Lombart (Chaussan et Tasin).
230. EST BIEN POUR CHASSEY (alias BIEN POUR CHASSE) : devise de la famille féodale de Chassey-lez-Vesoul (Haute-Saône).
231. EST BIEN POUR CHASSEY : devise de la famille de Chassey (Chassan et Tausin). N.B. : Deux familles féodales portaient ce nom en Franche-Comté : une à Chassey-lès-Dole (Jura), l'autre à Chassey-lès-Vesoul (Haute-Saône), connue depuis 1190 et éteinte en 1600. C'est à cette seconde maison que la devise appartient..
232. ESTERNO AB ÆTERNO : devise latine de la famille féodale d'Esterno (Eternoz, Doubs), citée dès 1176 (Chaix d'Est-Ange, « Dictionnaire des Familles notables à la fin de l'Ancien Régime »).
233. EST GAZA LÆTUS AGRESTI (alias ET GAZA LÆTUS AGRESTI) (Joyeux d'un champêtre trésor) : devise latine de la famille Terrier (Terrier de Santans et de Montciel, de Vesoul (Haute-Saône), dont Jean Terrier, lieutenant général au bailliage d'Ornans (Doubs) en 1635 (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 218). Voir aussi plus loin ET RUSTICA LETA CONTENTUS, GAZA LÆTUS AGRESTI.
234. EST IGNI ARDENS : devise latine de la famille Estignard, de Vuillafans (Doubs) (Comte de Puymège, « Les Vieux Noms de France »).
235. EST SALVATI GLORIA CIVIS : devise latine de Ferdinand Joseph Masson, né à Dole (Jura) en 1720, mort en 1791, capitaine au service de Prusse, chambellan de Frédéric II (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 177).
236. ESTOURDERIE D'ESPENOYS : adage de la noble famille d'Epenoy (Doubs), citée dès 1255.
237. ET CARO FACTUM EST ET HABITAVIT IN NOBIS (Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous) : devise latine du couvent des Annonciades de Gray (Haute-Saône) sur un ex-libris conservé à la bibliothèque de Gray (Haute-Saône).
238. ET GAZA LÆTUS AGRESTI : voir plus haut EST GAZA LÆTUS AGRESTI.
239. ET NOS CREDIDIMIS CARITATI : devise latine de Marcel-Marie-Joseph-Henri-Paul Dubois, évêque de Rodez (Aveyron) le 08.07.1948, archevêque de Besançon (Doubs). Voir aussi le cri NOTRE-DAME TOUJOURS.
240. ET RUSTICA LETA CONTENTUS : devise latine allusive de la famille Terrier de Santans (R. de Lurion, « Nobiliaire de Franche-Comté »). Voir aussi plus haut EST GAZA LÆTUS AGRESTI.
241. ET VERBUM CARO FACTUM EST (Et le verbe s'est fait chair) : devise latine du Couvent des Annonciades de Besançon (Doubs) (A. Maire, « Ex-libris comtois »).
242. EX HIS OMNIBUS UNA SCITIS - SED QUÆ SIT NESCITIS (Parmi elles, tu sais qu'il y en a une mais tu ne sais pas laquelle) : devise latine inscrite sur un cadran solaire d'Ounans (Jura) avec le chronogramme 1732.
243. EX TOTO CORDE MEO (De tout mon coeur) : devise latine de Maurice Gaidon, évêque auxiliaire de Besançon (Doubs) le 04.08.1973, évêque auxiliaire d'Autun (Saône-et-Loire) en 1977.
244. EX TOTO CORDE MEO (De tout mon coeur) : devise latine de Maurice Louis Dubourg, né en 1878, évêque de Marseille (Bouches-du-Rhône) le 17.12.1928, archevêque de Besançon (Doubs) du 09.12.1936 à 1957 (abbé Loye, « Histoire de l'Eglise de Besançon », t. VI). Voir aussi AVE MARIS STELLA.
245. EX TRIPLI CINERE NOVUS IGNIS : devise latine de la ville de Gray (Haute-Saône) (Lartigue, « Armorial des Communes de France »).
246. EXULTABO IN DEO (J'exulte en Dieu) : devise latine de la famille Lejoyant installée dans le Maine et en Franche-Comté (Chassan et Tausin). Voir aussi GAUDENS EXULTABO IN DEO.
247. 254. ΕΥΘΥΏΡΟΝ (EFTHYORON) : devise grecque de Richard d'Orival, né à Besançon (Doubs) le 02.09.1621, mort dans cette ville le 08.05.1698, docteur ès droits, fils de noble Jean Baptiste d'Orival et de Claudine Pillot. Conseiller à la Chambre de Justice de Besançon (Doubs) de 1668 à 1674 puis au Parlement de cette ville en 1684 (J. Gauthier et R. de Lurion, op. cit., première série, n° 192-192 bis). La demeure de la famille d'Orival, square Castan à Besançon, a été transformée en hôtel de grand standing. Voir aussi RECTO TRAMITE.
248. FAC BENE NE TIMEAS (Fais bien et ne crains rien) : une des devises latines de la famille d'Anvers alias d'Emskerque, inscrite sur le portail de l'hôtel particulier de cette famille, 44, grande rue à Besançon.
249. FAC BENE NE TIMEAS (Fais bien et ne crains rien) : devise latine inscrite, avec le chronogramme 1673, sur le linteau d'une porte de Besançon (Doubs), 24, rue Claude Pouillet (N.B. : c'est dans cette rue que vécut le poète Stéphane Mallarmé lorsqu'il était professeur d'anglais au lycée voisin).
250. FAC BENE NE TIMEAS (Fais bien et ne crains rien) : devise latine inscrite sur le linteau d'une fenêtre du premier étage de la maison Guinchard, d'Étalans (Doubs).




[ Listing des Ouvrages | Retour | Listing des Personnages ]
atout-informatique25.fr